L’homme de Philadelphia qui servait comme historien informel dans sa synagogue a été retrouvé chez lui, battu à mort.

Le corps de Lee Stanley, âgé de 65 ans, un membre de longue date de la Congrégation Rodeph Shalom, a été trouvé vendredi, selon les informations de CBS Philly. Les enquêteurs de la brigade ciminelle mènent les investigations.

Le rabbin Jill Madere de Rodeph Shalom a déclaré à la station de radio que le père de Stanley, Harry, était un « chanteur légendaire » de la congrégation historique du Centre ville et que Stanley « avait un grand amour pour le judaïsme, la prière, l’histoire et la musique juives ».

Les membres de la congréation s’occupaient souvent de Stanley en lui rendant visite quand il était malade parce qu’il avait peu de membres de sa famille en vie, explique le rabbin.

Selon Philly.com, les membres de la congrégation disaient qu’en tant qu’historien informel de la synagogue, Stanley « pouvait sortir de sa mémoire des détails que la plupart des autres avaient depuis longtemps oublié ou même jamais pensé à préserver : la date précise à laquelle la congrégation avait changé la mélodie pour une chanson particulière ou joué avec la formulation en hébreu d’une prière ».

La police a déclaré qu’il y avait pas de signe évident d’effaction ou de quoi que ce soit de volé, soulignant la possibilité que Stanley ait pu connaître et même faire enter chez lui son ou ses assassins.

Une récompense de 20 000 dollars est offerte par la ville de Philadelphia pour toute information sur l’affaire.