Depuis quatre jours, une délégation de l’armée israélienne travaille jour et nuit aux opérations de sauvetage à Mexico, après un séisme énorme qui a secoué le pays mardi dernier, tuant plus de 300 personnes, selon l’un des officiers israéliens de la délégation.

La délégation israélienne atterrissant jeudi matin a été l’un des premiers groupes étrangers à arriver à Mexico .

Le gouvernement mexicain, qui a demandé l’aide israélienne, a précisé les deux domaines où il avait besoin d’aide : les opérations de recherche et de sauvetage aux côtés des autorités locales, et la cartographie des bâtiments de la ville pour déterminer lesquels sont abîmés structurellement et doivent être démolis.

La délégation est composée de 71 soldats, principalement réservistes, du Commandement de Défense passive de l’armée. Environ la moitié d’entre eux sont des ingénieurs, et les autres appartiennent aux unités de recherche et de sauvetage, de logistique et médicale. Elle est dirigée par le colonel Dudi Mizrachi.

S’adressant au Times of Israël par téléphone depuis Mexico, le colonel (de réserve) Gili Shenhar a indiqué que la délégation était arrivée à Mexico dans « un temps record », arrivant moins de 48 heures après le tremblement de terre.

Le colonel de réserve Gili Shenhar, à gauche, et le colonel Dudi Mizrahi avec un soldat du Commandement de la Défense passive pendant une opération de recherche et de sauvetage à Mexico, après un important séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Le colonel de réserve Gili Shenhar, à gauche, et le colonel Dudi Mizrahi avec un soldat du Commandement de la Défense passive pendant une opération de recherche et de sauvetage à Mexico, après un important séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

La délégation doit revenir vendredi, mais cela pourrait changer en fonction de la situation dans la capitale mexicaine et de la quantité de travail que les soldats mexicains et les sauveteurs mexicains peuvent accomplir d’ici là.

L’opération de recherche et de sauvetage se concentre sur deux structures, dont un immeuble de six étages dans lequel des dizaines de personnes seraient piégées.

Les soldats utilisent leurs mains et des outils pour déblayer les couches de décombres de l’immeuble.

« L’horloge tourne », explique Shenhar.

Le colonel a indiqué que lui et les autres soldats « ont encore de l’espoir » de retrouver des survivants. Cependant, l’armée israélienne n’a pas encore sorti de personne vivante des décombres.

Depuis que le séisme de magnitude 7,1 a frappé le Mexique, le pays a été touché par au moins deux autres secousses, l’une samedi et l’autre dimanche.

Soldats israéliens à la recherche de survivants dans un immeuble qui s'est effondré à Mexico, après un important séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Soldats israéliens à la recherche de survivants dans un immeuble qui s’est effondré à Mexico, après un important séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Shenhar a précisé qu’il n’avait pas remarqué la secousse de dimanche de magnitude 5,9, mais qu’il avait ressenti ses répliques. En conséquence du tremblement, le travail de recherche et de sauvetage a été temporairement suspendu, a indiqué l’armée.

La délégation de l’armée israélienne se concentre sur Mexico, une immense mégalopole où vivent neuf millions de personnes. La zone métropolitaine compte 21 millions d’habitants, a dit Shenhar.

La capitale mexicaine est l’une des régions qui a été le plus durement touchée par le séisme de mardi, mais le colonel israélien a indiqué que la grande partie de la ville fonctionnait normalement dimanche. L’électricité, l’eau et les transports publics sont revenus dans la plupart de la ville, et l’aéroport international a rouvert.

Mais, alors que la ville revient à la vie normale après le tremblement de terre, il y a encore beaucoup à faire pour aider les personnes coincées sous les ruines et ceux qui « n’ont plus de toit au-dessus de leur tête », a-t-il dit.

Shenhar, qui vit dans la ville israélienne de Modiin-Reut, travaille dans le domaine de l’aide aux catastrophes naturelles depuis des décennies, d’abord dans l’armée israélienne, puis aux Nations unies. Il étudie à présent académiquement ce sujet au sein de l’université de Tel Aviv.

Soldats israéliens à la recherche de survivants dans un immeuble qui s'est effondré à Mexico, après un important séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Soldats israéliens à la recherche de survivants dans un immeuble qui s’est effondré à Mexico, après un important séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Même si les opérations de recherche et de sauvetage sont probablement celles qui attirent le plus l’attention parmi les missions de la délégation, son objectif principal est d’aider les autorités locales à évaluer l’intégrité structurelle des immeubles de Mexico

La plupart des structures de la ville sont intactes, mais d’autres auront besoin de travaux de reconstruction pour être à nouveau sûres, et certaines, peu nombreuses, devront être totalement détruites et reconstruites, a précisé Shenhar.

Pour cartographier et examiner quelque 1 000 bâtiments à Mexico, les soldats utilisent une nouvelle application qui a été créée par le Commandement de la Défense passive, et a été rapidement traduite en espagnol, a dit Shenhar.

Un soldat israélien examine les dommages causés à un immeuble par un violent séisme, à Mexico, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Un soldat israélien examine les dommages causés à un immeuble par un violent séisme, à Mexico, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Le programme informatique permet aux ingénieurs d’entrer les données pertinentes sur l’intégrité structurelle des immeubles, puis de stocker les informations dans un format facilement accessible et partageable avec d’autres équipes.

« Toutes les données sont stockées au même endroit, pour pouvoir avoir une image d’ensemble plus complète », a indiqué Shenhar.

Il s’agit de la première utilisation opérationnelle de l’application.

Shenhar a décrit la vitesse « record » impressionnante avec laquelle l’armée a pu mettre en place la délégation.

« Organiser une délégation nécessite d’appeler de nombreux réservistes, de les convoquer, de rassembler l’équipement, de remplir les avions, d’obtenir les vaccins nécessaires, de faire toutes les préparations et de coordonner tout cela », a-t-il expliqué.

La décision d’envoyer des soldats a été prise mardi soir, et l’équipe est partie mercredi après-midi, s’arrêtant pour une escale au Portugal.

Soldats israéliens à la recherche de survivants dans un immeuble qui s'est effondré à Mexico, après un violent séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Soldats israéliens à la recherche de survivants dans un immeuble qui s’est effondré à Mexico, après un violent séisme, le 24 septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

Les soldats ont décollé à la veille de Rosh HaShana, le nouvel an juif, l’une des fêtes juives les plus importantes, et où beaucoup d’Israéliens se rassemblent généralement en famille et entre amis pour le repas.

Cela n’a pas été possible pour les 71 membres de la délégation de Tsahal.

« Nous avons abandonné nos familles pour la fête », a dit Shenhar.

« Quand j’ai eu le message, j’ai jeté dans ma valise, qui est toujours prête, les dernières choses dont j’avais besoin, j’ai embrassé ma femme et je suis parti en uniforme. Le jardinier qui travaille pour nous ne pouvait pas croire que quelqu’un partirait la veille de la fête, sans même savoir quand est-ce qu’il va revenir. »

Shenhar a cependant indiqué que c’était un sacrifice que lui et les autres membres de la délégation étaient prêts à faire.

« Il n’y a pas de remise en cause. Quand il se passe quelque chose, nous nous précipitons pour aider, pour contribuer. Aider des personnes blessées est très important pour nous », a-t-il dit.

« Cela réchauffe le cœur de voir la réaction des habitants [à notre égard]. C’est extraordinaire. »
Le colonel Gili Shenhar

Shenhar a raconté que la réponse des habitants avait été très chaleureuse. Des vidéos tournées à Mexico montrent des habitants applaudir les membres de la délégation pendant qu’ils marchent dans les rues.

« Nous marchons dans la rue, et les gens nous applaudissent. C’est embarrassant, nous sommes juste venus pour aider », a-t-il dit.

Le colonel a cependant précisé que cela ne montrait qu’une fraction du soutien reçu par les soldats du Commandement de la Défense passive.

« Les gens viennent nous voir et nous disent ‘Shana tova’, bonne année en hébreu, ou ‘shalom’. Cela réchauffe le cœur de voir la réaction des habitants [à notre égard]. C’est extraordinaire », a-t-il déclaré.