C’est d’habitude la Tour Eiffel qui se drape des couleurs des nations endeuillées, mais mardi soir à 19h30 (heure française), c’était l’Hôtel de Ville de Paris qui s’illuminait aux couleurs d’Israël.

Le drapeau d’Israël a été projeté mardi soir sur la façade de la mairie de Paris en hommage « aux victimes de l’attentat de Jérusalem » de dimanche, a annoncé la maire de Paris Anne Hidalgo sur Twitter.

Dans la soirée, elle a posté sur le réseau social une vidéo d’un rassemblement silencieux, où l’on peut voir le drapeau israélien blanc à bandes bleues et à l’étoile de David illuminer la façade de l’Hôtel de ville, situé en plein centre de Paris.

L’illumination devait rester en place jusqu’à 23h00.

« Ce soir nous sommes face à l’Hôtel de Ville de Paris illuminé en mémoire des victimes de l’attentat de Jérusalem #TousUnisContreLeTerrorisme », a tweeté de son côté le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Des centaines d’Israéliens ont enterré lundi les quatre soldats tués la veille à Jérusalem dans une attaque au camion, l’une des plus meurtrières des derniers mois, qui confirme la persistance des tensions israélo-palestiniennes malgré une récente accalmie.

Lundi, la Porte de Brandebourg à Berlin avait déjà affiché l’étoile de David sur sa façade, à l’endroit même où Hitler lançait ses premières diatribes antisémites.

Comme l’Empire State Building, la Tour Eiffel et d’autres sites célèbres, la Porte est souvent utilisée comme support de projection des couleurs nationales en hommage aux pays qui ont été touchés par des vagues de terrorisme et d’autres incidents.

Le monument s’était paré la semaine dernière des couleurs turques après l’attentat perpétré à Istanbul, le soir du Nouvel An.

Les soldats, tous des élèves officiers, sortaient d’un bus sur la promenade, un site touristique populaire du sud de Jérusalem, lorsque Fadi al-Qunbar, résident du quartier Jabel Mukaber de la capitale, leur a foncé dessus au volant d’un camion à plateau.

Quinze autres soldats ont été blessés. Quatre d’entre eux souffrent de blessures modérées à graves, les autres ayant été légèrement touchés.

Les quatre militaires qui ont perdu la vie — trois femmes et un homme – ont été ultérieurement identifiés. Il s’agit du Lieutenant Yael Yekutiel (20 ans) de Givatayim et de trois élèves officiers : Shir Hajaj (22 ans), originaire de Maaleh Adumim, Shira Tzur (20 ans) de Haïfa, et Erez Orbach (20 ans) d’Adlon Shvut. Ils ont été enterrés lors de cérémonies militaires dans la journée de lundi en présence de centaines de personnes.

Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l'armée israélienne)

Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l’armée israélienne)

Qunbar a été tué par balles par les soldats et un guide touristique armé sur le lieu même de la tragédie.

Les soldats visitaient la capitale dans le cadre des « dimanche de la culture » de l’armée, qui permettent aux troupes de découvrir des sites historiques et nationaux importants en début de semaine.