Le drapeau israélien a flotté sur l’Hôtel de ville de Rotterdam lundi soir, aux Pays-Bas, en signe de solidarité avec l’État juif après l’attentat terroriste qui a tué 4 soldats israéliens à Jérusalem.

Contrairement à ce qui avait été annoncé mardi par Ynet, ce n’est pas le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, musulman originaire du Maroc, et installé aux Pays-Bas depuis son adolescence, qui est à l’origine de la démarche.

C’est en fait son adjoint, Joost Eerdmans, qui préside le parti de droite pro-israélien Leefbaar Rotterdam (Rotterdamn vivable), qui a pris cette décision.

Fondé en 2001, le parti est affilié au mouvement initié par le politicien décédé Pim Fortuyn, qui a été assassiné en 2002 par un extrémiste de gauche.

Fadi al-Qunbar, habitant de Jérusalem Est, a foncé dimanche sur un groupe de soldats au volant d’un camion, sur la promenade d’Armon Hanatziv de la capitale. En plus des quatre victimes, plus d’une dizaines de soldats ont été blessés, dont deux grièvement.

Aboutaleb, membre du parti travailliste néerlandais, est connu pour son opposition ferme à l’islam radical, selon l’article. Il a occupé le poste de vice-ministre par le passé et a été élu à la mairie de Rotterdam en 2008. La ville de Rotterdam compte une large population de réfugiés musulmans.

Selon Ynet, l’ambassadeur d’Israël aux Pays-Bas, Aviv Shiran, devrait prendre contact avec Aboutaleb pour le remercier du geste de soutien.

Le drapeau israélien a également illuminé lundi la porte de Brandebourg à Berlin, en signe de soutien de la part de l’Allemagne.

Mardi soir, c’était au tour de l’Hôtel de ville de Paris de colorer sa façade des couleurs du drapeau d’Israël.

En hommage aux victimes de l'attentat au camion bélier de Jérusalem, le drapeau israélien a été projeté sur la porte de Brandebourg de Berlin le 9 janvier 2017. (Crédit : Michael Kappeler/dpa/AFP)

En hommage aux victimes de l’attentat au camion bélier de Jérusalem, le drapeau israélien a été projeté sur la porte de Brandebourg de Berlin le 9 janvier 2017. (Crédit : Michael Kappeler/dpa/AFP)

Tout comme l’Empire State Building, la Tour Eiffel et d’autres monuments, la porte de Brandebourg fait souvent office de vitrine aux couleurs de pays victimes, entre autres, d’attentats, pour manifester la solidarité du peuple allemand.

Le monument berlinois a été illuminé du drapeau truc la semaine dernière, après l’attentat du Nouvel an à Istanbul.

Les soldats israéliens, un groupes de cadets, descendaient d’un bus au niveau de la promenade, un lieu hautement touristique du sud de Jérusalem, quand Fadi al-Qunbar, du quartier de Jabel Mukaber à Jérusalem Est, a foncé dans la foule avec son camion.

Les soldats étaient en visite de la capitale dans le cadre des « dimanches culturels » de l’armée. Ce programme consiste à emmener les troupes sur des sites historiques ou nationaux importants.

Les quatre soldats tués sont le lieutenant Yael Yekutiel (20 ans) de Givatayim, le cadet Shir Hajaj (22 ans) de Maale Adumim, le cadet Shira Tzur (20 ans) de Haïfa, et le cadet Erez Orbach (20 ans) d’Alon Shvut. Ils ont été enterrés dans une cérémonie militaire lundi.

Qunba a été abattu par les soldats et un guide touristique civil qui se trouvaient sur les lieux.

Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l'armée israélienne)

Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l’armée israélienne)

L’équipe de Times of Israel a contribué à cet article.