Beny Steinmetz, un homme d’affaires israélien milliardaire, a été libéré mercredi de son assignation à domicile après un mois. Il est soupçonné de blanchiment d’argent et de corruption de fonctionnaires en Afrique.

Le magnat du diamant a été arrêté le 19 décembre et accusé d’avoir payé des millions de dollars en pots-de-vin en République de Guinée, en échange de la promotion de ses intérêts commerciaux dans le pays, avait annoncé la police israélienne.

L’affaire tourne autour de l’achat par l’entreprise de Steinmetz, BSGR, d’une mine de minerais de fer en Guinée, pour laquelle il aurait déboursé 165 millions de dollars en coûts d’exploitation. Il en a vendu la moitié quelques années après pour 2,5 milliards de dollars.

Selon les accusations, BSGR a remporté la concession pour la zone riche en minerais de Simandou, qui a été prise à l’entreprise Rio Tinto, après que Steinmetz a cultivé une relation étroite avec Lansana Conté, alors président de Guinée, qui est mort en 2008.

L’une des épouses de Conté, Mamadie Toure, a coopéré avec une enquête du FBI sur des accusations de corruption de Conté par Steinmetz en passant par elle.

En 2014, Frédéric Cilins, ancien conseiller de BSGR, a été condamné à deux ans de prisons aux Etats-Unis pour avoir tenté de convaincre Toure de détruire les preuves.

Mamadie Toure en 2006. (Crédit : capture d'écran)

Mamadie Toure en 2006. (Crédit : capture d’écran)

L’arrestation a fait suite à une large enquête menée conjointement par les Etats-Unis, la Suisse, la Guinée et Israël, en coordination avec l’OCDE.

Après l’arrestation de Steinmetz, Asher Avidan, dirigeant de BGSR, avait également été arrêté puis assigné à domicile pour deux semaines.

BGSR a démenti être impliquée dans la corruption de fonctionnaire étranger et dans du blanchiment d’argent.

« BGSR est fermement convaincue que ces accusations de corruption du gouvernement de Guinée sont non seulement infondée, mais qu’elles sont une tentative systématique du gouvernement guinéen de couvrir la corruption endémique qui a brisé ce pays depuis des années », a déclaré l’entreprise après l’arrestation de Steinmetz.

Steinmetz habite à Genève, et est un acteur majeur de l’industrie du diamant.

Pays riche en minéraux mais profondément appauvri, la Guinée souffre de corruption depuis longtemps, tout en tentant d’exploiter ses ressources naturelles.

Vue aérienne de Conakry, capitale de la République de Guinée. (Crédit : CC BY-SA/Wikipedia)

Vue aérienne de Conakry, capitale de la République de Guinée. (Crédit : CC BY-SA/Wikipedia)

BSGR avait vu ses autorisations minières révoquées en Guinée en raison d’accusations de corruption. L’enquête conjointe portant sur les affaires de Steinmetz s’inscrit dans le cadre d’une démarche de l’OCDE visant à éradiquer la corruption chez les responsables gouvernementaux du monde entier.

En décembre 2015, il avait été annoncé que Steinmetz était accusé d’être impliqué dans un scandale de corruption en Roumanie de 136 millions d’euros.

Des sources judiciaires à Bucarest avaient déclaré qu’elles pensaient que Steinmetz, ainsi que le conseiller politique israélien Tal Zilberstein, s’étaient associés avec l’homme d’affaires roumain Remus Truica pour transférer illégalement des terrains appartenant à l’Etat à une autre citoyen roumain, pour un coût présumé pour l’Etat de plus de 130 millions d’euros, avait à l’époque annoncé le quotidien Romania Liberia.