Liberman à Sderot : il faut se « détendre » malgré les tirs de roquettes
Rechercher

Liberman à Sderot : il faut se « détendre » malgré les tirs de roquettes

Le ministre de la Défense a déclaré que les récents tirs sont le fruit de dissensions intra-palestiniennes et de la lutte pour le pouvoir, mais assure que l'armée est parée à toute éventualité

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman inspecte le viseur d'un fusil dans une usine d'armement à Sderot, le 14 décembre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/Defense Ministry)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman inspecte le viseur d'un fusil dans une usine d'armement à Sderot, le 14 décembre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/Defense Ministry)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a appelé jeudi les Israéliens à se « détendre » en dépit des tirs de roquettes nocturnes depuis Gaza cette dernière semaine.

Liberman s’est exprimé depuis la ville de Sderot, dans le sud du pays. Il a déclaré que les tirs de roquettes étaient la conséquence de dissensions internes aux Palestiniens, et n’indiquaient aucunement que des groupes terroristes n’avaient plus peur d’Israël.

« Le fait que nous sommes ici à Sderot ce matin… montre à tout le monde qu’ils peuvent rester calmes et se détendre », a assuré Liberman, durant une visite d’une nouvelle usine d’armement, qui a été prise pour cible à plusieurs reprises cette dernière semaine.

« Les récents tirs depuis Gaza sur Sderot n’ont rien à voir avec la dissuasion israélienne, mais [est le résultat] de conflits palestiniens internes entre les différents groupes et factions », a-t-il dit.

La police a trouvé une roquette lancée par Gaza à l’intérieur d’un jardin d’enfants dans la ville israélienne de Sdérot, dans le sud du pays, le 9 décembre 2017 (Crédit : Police israélienne)

La réaction du ministère de la Défense, d’ordinaire plutôt belliqueuse, semblait venir en réponse aux appels incessants de l’armée israélienne à prendre des mesures plus agressives contre les groupes terroristes dans la bande de Gaza, en signe de représailles contre la dizaine de roquettes tirées vers Israël ces derniers jours.

Après plus de trois ans de tirs de plus en plus rares en provenance de Gaza (26 en 2015, 20 en 2016 et 9 de janvier à novembre 2017), la recrudescence des tirs pendant le mois de décembre a conduit de nombreux politiciens locaux et nationaux à appeler à une réaction plus vigoureuse de l’armée, et éveillait les craintes d’un nouveau conflit avec les groupes terroristes de la bande.

Mais si Liberman a appelé au calme, il a tout de même assuré qu’il avait « ordonné à l’armée israélienne de se préparer à toute éventualité ».

Le ministre de la Défense a ajouté que « nous savons quoi faire, comment le faire, et quand le faire ».

Liberman s’est rendu à l’ouverture de l’usine d’Elbit Systems à Sderot accompagné par Alon Davidi, maire de Sderot, qui a appelé mercredi l’armée à « frapper les groupes terroristes sans pitié ».

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman (au centre) avec le maie de Sderot, Alon Davidi (au centre, à droite) et d’autres responsables israéliens, coupent le ruban pour inaugurer une nouvelle usine d’armement à Sderot, le 14 décembre 2017. (Crédit : Ariel Hermoni/Defense Ministry)

Aux côtés du ministre de la Défense, Davidi a adopté un ton plus détendu que celui employé la veille, indiquant que les riverains « ont désormais le sentiment de pouvoir compter sur quelqu’un et que nous dépasserons cette vague de roquettes ».

Mercredi soir, les terroristes à Gaza ont tiré quatre roquettes en Israël. Deux d’entre elles ont été interceptées par le dispositif militaire du Dôme de Fer, une troisième a atterri dans un terrain vague de la région d’Eshkol, et la quatrième est tombée près de la frontière et a frappé une école de l’ONU, selon les autorités israéliennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...