Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a fustigé les centaines de manifestants arabes israéliens qui ont manifesté vendredi contre l’opération de l’armée israélienne en Cisjordanie visant à localiser les trois adolescents israéliens enlevés il y a deux semaines, les qualifiant de « terroristes ».

Certains manifestants ont appelé à l’enlèvement de soldats, selon la Deuxième chaîne.

« Nous devons les traiter comme des terroristes dans tous les sens du terme », a déclaré Liberman dans un communiqué vendredi.

Le ministre des Affaires étrangères a ajouté qu’il s’entretiendrait avec le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch pour l’ouverture d’une enquête criminelle pour arrêter les « incitateurs ».

Il a affirmé que les ministres du cabinet aborderaient dimanche de ce qu’il nomme la radicalisation des dirigeants israélo-arabes en Israël.

Des manifestants ont bloqué une route principale près de la ville israélo-arabe du Nord, Umm el-Fahm, et des centaines d’autres les ont rejoints, pour protester contre l’opération militaire israélienne.

Les manifestants protestaient également contre l’utilisation par Israël de la détention administrative, ou de la détention de prisonniers sécuritaires sans procès, suite à l’arrestation de Palestiniens en Cisjordanie. Un certain nombre d’entre eux ont lancé des pierres sur les policiers.

Selon la Deuxième chaîne, le bureau du maire de la ville a émis une condamnation de la manifestation, alléguant que les participants n’étaient pas des résidents d’Umm el-Fahm, mais étaient arrivés en autobus des quatre coins du pays pour ternir le nom de la ville.

Cinq manifestants ont été légèrement blessés au cours de la manifestation et transférés à un centre médical voisin pour des soins, selon Ynet.

Deux policiers auraient été blessés.

La police a évacué manifestants de l’autoroute un peu plus tard, en arrêtant certains, a annoncé Kol Israël.