Le ministre des Affaires étrangères, Avidgor Liberman, a vertement critiqué les dirigeants palestiniens qui ont demandé au Conseil de sécurité de l’ONU de poser un calendrier pour le retrait israélien en Cisjordanie et à Jérusalem-Est qui se ferait au plus tard en novembre 2016. Il explique que si cette décision était actée, elle ne ferait pas avancer la paix dans la région.

Liberman, qui critique fréquemment l’Autorité palestinienne, accuse le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, d’avoir déposé cette requête pour accroître sa popularité auprès de la population palestinienne.

« La requête palestinienne auprès du Conseil de sécurité ne permettra pas de faire accélérer ne serait-ce que d’une seconde la signature d’un accord et la résolution du conflit, » peut-on lire dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères.

« C’est juste une décision injurieuse d’Abbas dont le but est de le servir dans la lutte interne de l’arène [politique] palestinienne, rien de plus ».