Lors d’une conférence de presse pour annoncer sa décision de rejoindre l’opposition plutôt que la coalition, Liberman a affirmé que le gouvernement que Premier ministre Benjamin Netanyahu est en train de former n’est pas une coalition « nationale » mais une coalition opportuniste et conformiste.

« Le projet de loi sur l’Etat juif qui était si important lors de la dernière Knesset – soudainement personne n’en parle », a-t-il déploré.

Liberman a poursuivi en affirmant que Netanyahu planifie un futur gouvernement d’unité et que le futur gouvernement n’a « aucune intention de renverser le règne du Hamas à Gaza ».

Il accuse aussi le nouveau gouvernement de ne pas avoir « l’intention de construire des logements, ni dans les grands blocs d’implantations ni à Jérusalem. Je tiens à le souligner – ni dans les principaux blocs d’implantations, ni dans les quartiers juifs ».

Liberman a ajouté que le Likud a fait des concessions dans les accords de coalition avec d’autres partis qu’Yisrael Beitenu ne peut pas accepter.

« Dans la clause 5 de l’accord de coalition passé avec Yahadout HaTorah, il est indiqué que si la coalition est élargi au-delà des 70 sièges à la Knesset, des changements dans les positions et les rôles peuvent avoir lieu », a affirmé Liberman, et il a ajouté : « l’intention n’est évidemment pas d’ajouter la Liste arabe unie au gouvernement ».

Liberman a affirmé que Netanyahu était en train d’attendre que les travaillistes organisent des primaires pour leur offrir une place dans le gouvernement.

Liberman a conclu en précisant que le choix de son parti de rester en dehors de la prochaine coalition était un choix fait « entre nos principes et nos sièges et nous avons choisi nos principes ».