Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Liberman s’est dit jeudi favorable à la présence « d’inspecteurs européens » pour contrôler les frontières de la bande de Gaza, dans une interview au journal populaire allemand Bild.

« Pas de policiers ni de soldats. Mais l’Allemagne et l’Union européenne doivent envoyer des inspecteurs à Gaza, pour contrôler les échanges des Palestiniens avec les pays voisins », a estimé M. Lieberman au troisième et dernier jour de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

Le chef de la diplomatie israélienne a rappelé que l’Union européenne « avait déjà fait cela au poste-frontière de Rafah », entre le sud de Gaza et l’Egypte, évoquant la mission Eubam lancée en 2005 et suspendue en juin 2007 après l’élection du Hamas à Gaza.

Une réactivation de cette mission, étendue à tous les points de passage autour de la bande de Gaza, est justement à l’étude au sein de l’Union européenne et avait été évoquée la semaine dernière par la France et ce lundi par l’Allemagne.

Un texte commun entre Paris, Berlin et Londres est en projet, selon des sources au ministère allemand des Affaires étrangères. Pour que l’UE réactive la mission, il faudrait encore « obtenir l’accord des cinq membres permanents du Conseil de sécurité », a rappelé la semaine dernière le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

Avigdor Liberman a par ailleurs réaffirmé qu’Israël « ne voulait plus administrer Gaza ». Longtemps favorable à une réoccupation de la bande de Gaza pour provoquer la chute du Hamas, ce « faucon » du gouvernement Netanyahua avait préconisé lundi un mandat de l’ONU à Gaza.

L’idée avait cependant été rejetée par un éminent responsable du ministère de la Défense, Amos Gilad.