Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman a rejeté mercredi l’hypothèse selon laquelle Israël dissimulait quoi que ce soit dans son enquête sur la mort d’un juge jordanien au point de passage du pont Allenby.

« Israël ne cache rien à la Jordanie dans son enquête sur l’incident », a t-il affirmé lors d’une interview donnée à la radio israélienne.

La mort de Raed Zeiter, un magistrat de 38 ans abattu lundi par l’armée, a déclenché une crise diplomatique entre Israël et la Jordanie, qui ont signé un traité de paix il y a 20 ans.

Selon l’armée, Zeiter avait tenté de dérober une arme à l’un des soldats du point de passage. Il a été enterré mardi dans sa ville natale de Naplouse, en Cisjordanie.

Mardi, Israël a exprimé ses regrets pour cet incident, mais a refusé de présenter des excuses.

Liberman a estimé qu’Amman et Jérusalem ne rompraient pas leurs liens diplomatiques suite à l’événement, précisant que les Jordaniens savent que les soldats ont agi en légitime défense et selon la procédure.

« Nous ne pouvons qu’exprimer nos regrets, mais je ne crois pas que nos relations seront endommagées », a dit le ministre.

Malgré ces déclarations, l’émotion était palpable mercredi matin côté jordanien. La veuve de Zeiter a annoncé qu’elle poursuivrait Israël en justice si les affirmations de l’armée se révélaient fausses.

« Une dispute classique s’est transformée en fusillade », a déclaré l’avocat israélien Murad Mfarre à l’agence de presse Maan, au nom de la veuve.

« Nous prendrons contact avec les témoins et exigerons qu’Israël divulgue les vidéos des caméras de surveillance afin de comprendre ce qu’il s’est passé. »

« Si nous prouvons que le récit israélien est faux, nous engagerons des poursuites judiciaires contre l’État d’Israël », a ajouté Mfarre.