Israël ne cédera pas la souveraineté de certains sites religieux chrétiens au cours de la prochaine visite du pape, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, pour dissiper les rumeurs d’un accord imminent entre Israël et le Vatican.

Des centaines de juifs ultra-orthodoxes se sont rassemblés au Cénacle pour protester contre les négociations en cours entre Israël et le Vatican en dehors d’un site sensible sur le mont Sion, sacré pour les chrétiens, les juifs et les musulmans, lundi soir.

Même si aucune annonce officielle n’a été faite, les négociations entre Israël et le Vatican se poursuivent, et le président Shimon Peres a confié à un journal italien lors d’une visite au Vatican en avril dernier qu’un compromis avait été trouvé sur le site du Cénacle, et que « 99 % » des questions concernant le site avait été adressée.

Les maisons de construction à la fois du site vénéréS par les Juifs comme le tombeau du roi biblique David et, au-dessus, la pièce aui a accueilli le dernier repas du Christ.

« L’Etat d’Israël n’a pas l’intention de signer avec le Vatican, au cours de la prochaine visite du pape, sur un accord de transfert de la responsabilité des sites comme ceux-ci ou d’autres, ou d’autres gestes », a déclaré Liberman