Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman a pris vendredi le contre-pied de plusieurs de ses collègues de droite et de l’opinion, estimant que « Kerry est un vrai ami d’Israël et il n’est pas très intelligent de transformer un ami en ennemi ».

« Le fait que nous ne soyons pas en accord sur tout [avec les Etats-Unis] n’est pas un secret », a déclaré M. Liberman lors d’un discours devant des hommes d’affaires israéliens, retransmis par la radio publique, ajoutant: « Mais ils ont tout à fait le droit d’avoir une position différente de la mienne ».

Il a raillé le ministre de l’Economie Naftali Bennett, chef du parti Habayit Hayehudi, un des plus virulents envers M. Kerry.

« Naftali Bennett se précipite pour parler dans les micros, mais je ne le vois pas se précipiter dans l’opposition », a ironisé M. Liberman, en allusion aux menaces de M. Bennett de quitter le gouvernement.

M. Kerry a récemment essuyé une salve de critiques de ministres lui reprochant d’utiliser les menaces de boycottage international pour arracher à Israël des concessions dans les négociations avec les Palestiniens.

Une enquête d’opinion mensuelle sur le processus de paix, le « Peace Index », dont les résultats ont été publiés cette semaine, montre que 50 % des Israéliens juifs croient à un boycott probable, contre 47 % de l’avis opposé.

L’opinion est également divisée dans cette hypothèse: 49 % estiment qu’Israël pourrait surmonter un tel boycott, 46 % étant de l’avis contraire.

Le sondage du « Peace Index » a été conduit par téléphone les 28 et 29 janvier sur un échantillon de 609 Israéliens juifs, avec une marge d’erreur de 4,5%.