Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, qui s’exprimait mercredi devant les diplomates européens, a rejeté la possibilité de la conclusion d’un accord de paix avec les Palestiniens dans un futur proche.

« La notion est qu’une solution permanente devra être repoussée pour au moins quelques années, et en attendant, nous devons assurer des vies normales pour les juifs et les Palestiniens en Judée et Samarie », a déclaré Liberman, en utilisant le nom biblique de la Cisjordanie.

Le ministre de la Défense a réprimandé les dirigeants européens qui considèrent que les implantations israéliennes sont « le plus grand problème du monde. »

« Au moins 500 personnes sont tuées tous les jours au Moyen Orient, du Soudan du Sud à l’Irak, ce qui est bien plus grave et important que ce qu’il se passe à Amona, mais c’est quelque chose que vous ne voyez pas dans la presse européenne », a-t-il déclaré.

Il n’a pas été précisé d’où provenait le chiffre de 500 personnes.