Le chef du parti Yisrael Beitenu, Avigdor Liberman, a accusé dimanche ses anciens partenaires du parti Likud d’être « hystériques, tout comme [le parti] HaBayit HaYehudi », lorsqu’ils affirment qu’un vote pour le parti du ministre des Affaires étrangères aux élections de mars 2015 revient à voter à gauche.

« Quand [Ofir] Akunis [Likud], qui réside au nord de Tel Aviv, dit que voter pour Liberman, qui réside dans [l’implantation de Cisjordanie] Nokdim, revient à voter pour un gouvernement de gauche, je pense que tout ce que vous pouvez faire c’est de rire », a déclaré Liberman à la radio Kol Israël.

Il ajoute que son parti fera adopter à tout gouvernement qu’il rejoindrait un calendrier « national ». Il prévoit 15 sièges pour Yisrael Beitenu à la Knesset, environ cinq de plus que l’annoncent les récents sondages.

Samedi, Liberman a déclaré que si son parti n’était pas à la recherche de fusions politiques, il ne refuserait pas de rejoindre un gouvernement de coalition dirigé par la liste commune Travaillistes-Hatnua de Isaac Herzog et Tzipi Livni.

Il a également piqué son ancien allié, Benjamin Netanyahu, laissant entendre que le Premier ministre n’a pas adopté de position assez ferme contre le Hamas dans la guerre de l’été dernier.

« Pendant Bordure protectrice, j’ai dit que nous ne devons pas être aspirés, mais nous l’avons été, nous ne l’avons pas provoquée », a déclaré Liberman. « J’ai [dit au cabinet] : Allez jusqu’au bout, ne soyez pas peureux », a-t-il ajouté, en utilisant le mot argotique en hébreu
« laflaf », qui signifie blaireau.

Les rapports soulignent la rivalité de plus en plus acharnée entre Liberman, ancien chef du bureau de Netanyahu, et le Premier ministre, qui pourrait affecter les perspectives de renforcement de la coalition suite aux élections du 17 mars.

Le Likud a répondu aux remarques de Liberman dans une déclaration, disant que Netanyahu « a géré l’opération de manière ferme et responsable, avec le ministre de la Défense et le chef d’état-major, et n’a pas été entraîné par une variété de suggestions ».

« L’opération a été régie selon une vue globale de la sauvegarde de la sécurité de l’Etat et de la vie des citoyens et des soldats de Tsahal », a déclaré le parti.

« Les remarques de Liberman concernant sa volonté de siéger dans un gouvernement dirigé par Herzog prouvent qu’un vote pour Liberman pourrait faire bifurquer les votes de la droite vers la gauche et provoquer la formation d’un gouvernement de gauche », déclare-t-on au Likud.

Le ministre des Affaires étrangères, a pour sa part fait allusion à de profonds désaccords avec le Premier ministre, notamment lors de l’opération Bordure protectrice, mais a ajouté qu’il n’était dans « aucun autre camp que celui de Bibi », une référence aux politiciens rivaux qui appellent la population à voter pour n’importe qui, sauf Netanyahu, nonobstant les défauts des opposants au Premier ministre.

Ses remarques interviennent alors que le parti Yesh Atid, dirigé par Yair Lapid, essaierait de le courtiser, ainsi que Kulanu, le nouveau parti de Moshé Kahlon, ancien ministre populaire du Likud.

Jeudi, Meir Cohen de Yesh Atid, a révélé que Lapid et Liberman se sont entretenus au cours des dernières semaines pour discuter de la possibilité d’un accord de fusion entre leurs partis, ajoutant que Kahlon envisageait de se joindre à eux.

Toutefois, Yisrael Beitenu et Koulanou ont démenti.