Liberman recommande le boycott des Arabes israéliens dans les zones d’émeutes
Rechercher

Liberman recommande le boycott des Arabes israéliens dans les zones d’émeutes

"Ces gens ne font pas partie de l'Etat d'Israël", a déclaré le ministre de la Défense après une manifestation des habitants de Wadi Ara contre la déclaration de Trump sur Jérusalem

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, au conseil des ministres hebdomadaire dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem, 3 décembre 2017 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)
Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, au conseil des ministres hebdomadaire dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem, 3 décembre 2017 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a appelé dimanche les Israéliens à boycotter les entreprises arabes dans un district du nord du pays qui a connu des émeutes ce week-end et affirmé que ses habitants n’appartiennent pas à l’Etat d’Israël.

Ses propos ont été âprement critiqués par d’autres députés, notamment par le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, qui a expliqué que la politique de Liberman de rejet de territoires avec d’importantes populations arabes mènerait Israël à les abandonner en son coeur.

Liberman, dans un entretien accordé à la radio militaire, a appelé les Israéliens à boycotter les entreprises du secteur de Wadi Ara après que les habitants locaux ont affronté la police samedi et jeté des pierres aux voitures qui passaient durant des manifestations contre la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale de l’Etat juif.

Au cours de ces agitations, les jeteurs de pierres ont visé un bus de passagers, brisant les vitres et blessant légèrement le chauffeur. Un journaliste israélien a également clamé avoir échappé à un « lynchage » après que des émeutiers lui ont jeté des pierres, à lui et à la police. Sa moto a également été détruite.

« Ces gens ne font pas partie de l’Etat d’Israël. Ils ne font pas partie de nous », a dit Liberman, qui dirige le parti belliciste Yisrael Beytenu. « Il ne s’agit pas seulement des pierres lancées contre les bus, un journaliste a été presque lynché ».

Les forces de sécurité israéliennes à Wadi Ara suite aux affrontements entre les Palestiniens et la police, le 9 décembre 2017 (Crédit : Flash90)

La décision de Trump annoncée mercredi dernier de reconnaître officiellement Jérusalem et, à l’avenir, de relocaliser l’ambassade américaine Tel Aviv dans la capitale a entraîné des échauffourées massives de la part des Palestiniens dans toute la Cisjordanie. Certaines villes arabes du district de Wadi Ara, qui avaient montré dans le passé leur solidarité avec la cause palestinienne, ont causé des émeutes sur les autoroutes qui traversent le secteur.

« Les populations qui vivent dans cette zone ne font pas partie de l’Etat. Nous avons vu des terroristes qui venaient de là, la participation aux funérailles des terroristes et un terroriste qui était originaire de là-bas et qui a commis un attentat », a ajouté Liberman. « On ne peut pas sortir manifester avec un drapeau palestinien, prendre des milliards d’aides auprès du pays puis nous détruire de l’intérieur ».

Il a appelé les citoyens israéliens à « boycotter Wadi Ara. N’achetez pas dans les commerces, n’y utilisez pas se services. Faites-leur ressentir le fait qu’on ne veut pas d’eux ici ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...