Le ministre des Affaires étrangères Avidgor Liberman a sévèrement critiqué un prêcheur islamique radical suite à l’attaque meurtrière dans les bureaux de Charlie Hebdo à Paris.

« S’il y a une leçon à tirer de cette attaque terroriste », affirme Liberman dans un communiqué jeudi, « c’est que les groupes extrémistes qui se distinguent des groupes terroristes uniquement par leur sémantique et par des détails juridiques, doivent faire l’objet d’une intervention effectuée de manière préemptive. Ceux qui tolèrent ces mouvements et ces organisations finissent par le payer avec le sang de nombreuses personnes innocentes et avec la même démocratie menacée, qui leur a permis d’exister. De ce fait, nous ne devons plus traîner plus longtemps ou permettre aux activités de la branche du nord du Mouvement islamique dirigé par le Sheikh Raed Salah de continuer ».

Salah, un prédicateur musulman, antisioniste et ancien maire de la ville arabe israélienne d’Umm al-Fahm, a purgé une peine de prison de deux ans après avoir été condamné pour avoir envoyé des fonds pour le Hamas.

La branche nord du Mouvement islamique, dirigée par Salah, est aussi connue pour avoir longtemps prétendu qu’Israël travaillait secrètement pour détruire les lieux saints musulmans sur le mont du Temple à Jérusalem.

« Ce mouvement est un chainon indissociable de la chaîne qui comprend les organisations terroristes du Hamas, le Jihad islamique, al-Qaïda et l’Etat islamique, et au fil des ans ses membres, dirigés par Sheikh Salah, ont maintes et maintes fois démontré qu’ils soutenaient la terreur et s’y identifiaient », maintient Liberman jeudi.

Le dirigeant du mouvement islamiste en Israël, le Cheikh Raëd Salah arrive au tribunal à Jérusalem, le 4 mars 2014 (Crédit :  Ahmad Gharabli/AFP)

Le dirigeant du mouvement islamiste en Israël, le Cheikh Raëd Salah arrive au tribunal à Jérusalem, le 4 mars 2014 (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

« La branche du nord du Mouvement islamique sous Salah embrasse les mêmes valeurs que les auteurs du massacre de Paris, et la même intolérance envers toute critique ou toute parole qui ne correspondent pas à leurs valeurs extrémistes. Ils constituent une menace pour la démocratie israélienne et la vie des citoyens d’Israël ».

Liberman a promis de « continuer à travailler pour les pousser hors des limites de la loi, et il le fera avec une législation claire et sans ambiguïté qui ne sera pas résiliable par le biais d’un sophisme juridique ».

Les dirigeants israéliens ont présenté leurs condoléances et envoyé des messages de soutien après la tuerie perpétrée dans les bureaux de Charlie Hebdo par deux frères soupçonnés d’être des Islamistes.

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a appelé sa collègue parisienne, Anne Hidalgo, jeudi matin. Il lui a assuré que « les résidents de Jérusalem comprennent et partagent votre peine ».

Nir Barkat (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90/File)

Nir Barkat (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90/File)

Il a ajouté : « nous devons nous assurer que la terreur ne paie pas. Les terroristes doivent être amenés devant la justice et tout le monde doit comprendre que cette attaque sauvage à Paris n’est pas un cas isolé mais fait partie d’une campagne internationale de la terreur ».

Comme lorsque Jérusalem est frappée par la terreur, la clé pour surmonter le terrorisme sera la résilience des Parisiens, poursuit Barkat.

« Le soutien du maire de Jérusalem et de la population de Jérusalem sont très importants pour nous », a répondu Hidalgo, selon un communiqué publié par la municipalité de Jérusalem. « Je vais partager ce message important de soutien avec les membres du Conseil de la ville de Paris ainsi que tous les Parisiens ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fermement condamné l’attaque après son entretien avec le ministre des Affaires étrangères norvégiens Borge Brende jeudi matin.

« L’attaque meurtrière d’hier contre la liberté d’expression prouve clairement le mépris que ressente l’Islam radical envers les valeurs qui nous sont chères », a déclaré le Premier ministre.

« Nous chérissons la liberté et la tolérance ; ils vénèrent la tyrannie et la terreur. Et par cette terreur ils souhaitent imposer une nouvelle ère des ténèbres à l’humanité. Nous exprimons notre profonde sympathie pour le gouvernement de France, le peuple français. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes ainsi que nos vœux de prompt rétablissement aux blessés », poursuit Netanyahu.

-Des pompiers devant les locaux de Charlie Hebdo - 7 janvier 2015 (Crédit : Philippe Dupeyrat / AFP)

-Des pompiers devant les locaux de Charlie Hebdo – 7 janvier 2015 (Crédit : Philippe Dupeyrat / AFP)

Les tireurs, ajoute-t-il, « font partie d’un mouvement mondial et cela nécessite une réponse mondiale. Je suis persuadée qu’avec la force de notre volonté et l’unité de notre action, nous pourrons venir à bout de cette menace commune contre notre civilisation. Et ce qui est nécessaire dans cette bataille contre la terreur, c’est le courage, de la clarté et de la cohérence. Israël est attaqué par les mêmes forces qui s’en prennent à l’Europe. Israël se tient avec l’Europe. L’Europe doit se tenir avec Israël ».

Le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem a décidé d’envoyer immédiatement à Paris l’ambassadeur d’Israël en France, Yossi Gal, qui a passé les derniers jours en Israël pour assister à une conférence des ambassadeurs israéliens en Europe.

Capture d’écran Yossi Gal (Crédit : YouTube)

Capture d’écran Yossi Gal (Crédit : YouTube)

« Dès son retour, l’ambassadeur Gal [s’entretiendra] avec les dirigeants du gouvernement français, avec les dirigeants de la communauté juive et présentera les condoléances d’Israël pour cette attaque méprisable qui a eu lieu à Paris », a informé le porte-parole du ministère, Emmanuel Nahshon, dans un communiqué.

L’attaque de Paris a aussi déclenché une prise de bec entre le leader de Hatnua Tzipi Livni et le dirigeant de HaBayit HaYehudi Naftali Bennett.

Lorsqu’elle a commenté l’attaque de Paris de mercredi, Livni l’a qualifié comme étant « une attaque sur toutes les nations du monde libre, dont Israël. On ne négocie pas ou ne tempère avec la terreur. Vous combattez contre eux dans une bataille sans compromis – ici, en France où n’importe où dans le monde ».

S’exprimant lors d’un rassemblement d’étudiants à l’université de Management à Rishon Lezion, elle a aussi insisté sur le fait qu’Israël est aux prises avec un isolement diplomatique parce que le gouvernement dirigé par Netanyahu n’a pas réussi à faire des progrès pour parvenir à faire la paix avec les Palestiniens.

« Cela n’est pas suffisant de parler avec fermeté de la sécurité. Vous devez savoir comment rallier le soutien du monde pour défendre les intérêts d’Israël – et cela, Netanyahu ne sait pas le faire… Le fait que les Palestiniens prennent des mesures unilatérales aux Nations unies et assignent l’armée israélienne en justice à la Haye [devant la Cour Pénale internationale] découle de leur compréhension que Netanyahu est faible dans le monde, et qu’il peut être vaincu ici », s’est insurgé Livni.

Ces commentaires ont été condamnés par Bennett, qui s’est exprimé après Livni au rassemblement d’étudiants.

« Aujourd’hui, il y a eu une attaque terrible en France au cours duquel un groupe de Musulmans armés a perpétré un massacre à cause d’une caricature qui aurait insulté l’islam… Livni s’est tenu ici même quelques instants auparavant et a parlé d’occupation, d’isolation diplomatique. Je lui pose donc cette question : Pourquoi ne prenez-vous pas un avion pour Paris pour [les aider] à résoudre leurs problèmes ? Peut-être que vous réussiriez à négocier, leur offririez un horizon diplomatique, parce que c’est la solution ».

Bennett a comparé le combat d’Israël contre le Hamas et le Hezbollah à la vague d’attaques perpétrée par les terroristes islamistes en France.

« Que veulent-ils ? Un peu de terre ? », s’interroge-t-il au sujet du Hezbollah. « Non. Ils ne veulent pas de nous ici. Nous devons nous réveiller et comprendre cela ».