Le ministre de la Défense Avigdor Liberman est « très troublé » par le statut actuel de la communauté juive américaine, a-t-il déclaré jeudi, avertissant que si les Juifs de la Diaspora ne se « ressaisissent » pas, leurs rangs seront grandement clairsemés dans moins de deux générations.

“L’une des choses qui me trouble fortement, c’est la question globale du judaïsme du peuple juif en exil”, a expliqué Liberman, politicien laïc avéré dont le parti Yisrael Beytenu a longtemps cherché à réduire l’intervention gouvernementale dans les affaires religieuses.

S’adressant aux Juifs russophones à l’occasion d’une conférence du Limmud FSU dans la ville d’Eilat, dans le sud du pays, le ministre de la Défense a spécifiquement exprimé son inquiétude concernant les Juifs américains, citant l’enquête réalisée par PEW en 2013 qui avait révélé – parmi de nombreux autres éléments – qu’un cinquième des Juifs américains ne se qualifient pas de “Juifs” lorsqu’on les interroge sur leur religion, et estimait le taux global de mariage mixte à 58 %, avec un bond à 71 % parmi les non-orthodoxes.

“Quiconque a vu les dernières enquêtes du Pew Center, les taux d’assimilation, la connexion entre la nouvelle génération aux Etats Unis et le judaïsme – pas seulement en Israël – doit se sentir préoccupé, a-t-il déploré, ajoutant que les attitudes plus distantes prises envers l’état juif étaient également inquiétantes.

“La photo [qui émerge de l’enquête] est très grave”, a dit Liberman. « Si nous ne nous ressaisissons pas, dans une génération et demie, il n’y aura presque plus aucun Juif dans la Diaspora, hormis les communautés orthodoxes. »

Alors qu’Israël se prépare à l’approbation de son budget sur deux ans, le gouvernement devrait allouer des fonds destinés à renforcer l’identité juive à l’étranger, a-t-il continué, notant que tandis que l’argent était là, ce qui manquait était l’idée de “priorité”.

Israël a longtemps dépendu du soutien de la communauté juive, a ajouté Liberman. « Maintenant c’est notre tour de leur tendre la main. Pour cela également, nous pouvons trouver de l’argent ».

“Nous combattons pour l’avenir et pour la survie du peuple juif dans le monde entier – hors d’Israël, hors de l’orthodoxie”, a-t-il clamé.

En tant que ministre des Affaires étrangères, en février 2014, Liberman avait exprimé les mêmes inquiétudes en supposant que le glissement démographique au sein de la communauté juive mondiale représentait une menace plus grave pour les Juifs que l’Iran.

“Cette question doit devenir la plus pressante à l’ordre du jour de la communauté juive mondiale”, avait dit Liberman cette année-là au CPMAJO (Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations). Plus pressante que les négociations avec la Palestine ou la menace nucléaire iranienne ».

“Les Juifs américains doivent faire face à rien d’autre qu’une catastrophe démographique,” avait-il ajouté.

A l’époque, Liberman avait demandé l’établissement d’un “réseau global d’écoles juives qui sont supérieures en termes de normes aux réseaux d’enseignement américain et internationaux”.

Pour atteindre cet objectif, avait-il dit, le gouvernement devra consacrer 365 millions de dollars par an, une somme dont il a indiqué qu’il espérait que les communautés juives de la Diaspora pourraient la rassembler.

En tant que ministre des Affaires étrangères, il avait également indiqué que son objectif était de convaincre 3,5 millions de Juifs de la Diaspora de migrer en Israël au cours des 10 années suivantes”, afin que la population juive en Israël dépasse les 10 millions ».

Raphael Ahren a contribué à cet article.