Pour le président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), les appels constants à l’alyah  adressés à la communauté juive de France par Benjamin Netanyhu pourraient créer le sentiment que les Juifs français seraient « moins Français que leurs concitoyens ».

Même s’il admet que le Premier ministre israélien reste dans « son rôle », sa démarche est jugée trop agressive.

« Point trop n’en faut. Vous l’avez déjà dit. Remettre le métier sous l’ouvrage à chaque attentat avec cette force et cette violence, d’une certaine façon, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose », affirme Alain Jakubowicz au micro de RTL.

Le président de la Licra estime également qu’une immigration en Israël motivée seulement par la peur ne peut permettre une alyah réussie.

« Partir selon la seule logique de la peur, c’est la chronique d’un échec annoncé »; conclut celui qui a indiqué s’adresser au Premier ministre en tant que « citoyen juif français ».

Suite aux attentats de Copenhague, le Premier ministre israélien avait appeler la communauté juive danoise à venir s’installer en Israël.
« Evidemment, les Juifs méritent d’être protégés dans tous les pays, mais nous disons aux Juifs, à nos frères et sœurs : ‘Israël est votre maison’ », avait-il déclaré.

Netanyahu avait ensuite élargi son appel à l’immigration à l’ensemble des juifs d’Europe : « Nous nous préparons à une vague massive d’alyah [immigration juive] d’Europe ; nous appelons à une vague d’alyah massive d’Europe. Je veux dire à tous les Juifs d’Europe, et aux Juifs où qu’ils soient : ‘Israël est la patrie de tous les Juifs… Israël vous attend les bras ouverts’ ».