L’intervention militaire de la coalition de pays emmenée par l’Arabie saoudite au Yémen ne prendra fin que lorsque les miliciens chiites Houthis auront « déposé les armes » et se seront retirés des territoires qu’ils occupent, a annoncé dimanche le chef de la Ligue arabe.

Ryad a pris la tête d’une coalition militaire d’une dizaine de pays arabes, qui a déclenché jeudi des raids aériens contre les Houthis, soutenus par l’Iran, et leurs alliés.

« L’opération se poursuivra jusqu’à ce que la milice des Houthis se retire et dépose les armes », a déclaré le secrétaire général de la Ligue Nabil al-Arabi à Charm el-Cheikh, en Egypte, au deuxième et dernier jour d’un sommet des chefs d’Etat de l’organisation panarabe.

Ceux-ci doivent adopter une résolution en vue de créer une force conjointe destinée à combattre les groupes terroristes dans la région.

L’Unesco appelle à épargner le patrimoine culturel

L’Unesco a exhorté vendredi toutes les parties impliquées dans le conflit au Yémen à éviter de prendre pour cible le patrimoine culturel « inestimable » de ce pays, où la vieille ville de la capitale, Sanaa, figure notamment sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité.

« J’appelle les habitants du Yémen, ainsi que des pays de la région impliqués dans les opérations militaires au Yémen, à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger le patrimoine culturel inestimable de ce pays », a déclaré la directrice générale de l’Unesco Irina Bokova.

« Il est crucial que les parties au conflit évitent de prendre pour cible les sites et les monuments du patrimoine culturel, que ce soit par des tirs d’artillerie, des frappes aériennes ou en les utilisant à des fins militaires », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

La directrice générale de l’Unesco a souligné que le patrimoine du Yémen était « unique », considérant qu’il « reflète des siècles de réflexion sur l’islam, d’échanges et de dialogue ».

Les raids aériens ont en particulier visé des objectifs à Sanaa, dont une base militaire, et le nord du Yémen.

Ancienne Arabia Felix (Arabie heureuse), le Yémen regorge de trésors architecturaux.

Trois sites figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité établie par l’Unesco : la vieille ville de Sanaa, dont les maisons de pisé, les mosquées et les hammams datent d’avant le XIe siècle, la cité de Shibam (est), appelée « Manhattan du désert » en raison de ses maisons-tours de sept étages, et la ville historique de Zabid (ouest).