Le chef d’une petite communauté juive du centre de la France fait la promotion de sa ville comme une alternative à ses coreligionnaires parisiens qui envisagent d’émigrer en Israël en raison de l’antisémitisme.

Charley Daian, chef de la communauté juive de Limoges, qui ne compte que 80 familles juives, a plaidé sa cause dans une annonce dans une interview pour le site de nouvelles Lepopulaire.fr.

« Nous ne sommes pas des sionistes ; nous sommes des Français », déclare Daian. « Il ne faut pas émigrer en Israël à cause de la peur, mais suivant un appel. »

Dans l’annonce, Daian présente sa ville comme une alternative à la vie parisienne, où les attaques antisémites ont doublé en 2014 par rapport à l’année précédente.

« Une très belle communauté, petite et chaleureuse, serait heureuse d’accueillir dans sa grande et magnifique synagogue des familles juives qui souhaitent fuir la région de Paris et sa banlieue, avec leur violence antisémite rampante, » dit l’annonce. En revanche, la communauté juive de Limoges est « calme, au sein d’une population agréable, au centre de la France, à seulement trois heures de Paris ».

L’annonce promet aux nouveaux arrivants que la communauté juive de Limoges « facilitera leur installation et leur intégration ».

Quelque 350 000 des 500 000 Juifs de France vivent en région parisienne.

L’année dernière, la France est devenue la source de olim la plus importante en Israël, avec 7 000 immigrants français. Une donnée triple par rapport à 2011. L’Agence juive prévoit l’arrivée cette année de 10 000 à 15 000 nouveaux arrivants.

Les analystes attribuent l’augmentation spectaculaire de l’immigration française à plusieurs facteurs, y compris montée de l’antisémitisme et des attaques terroristes des islamistes, la hausse de la popularité de l’extrême droite française et la stagnation économique.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.