Trois législateurs américains, en visite en Israël pour participer à des réunions avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Shimon Peres, ont insisté jeudi sur la solidité des relations israélo-américaines.

Les derniers différends très médiatisés et les commentaires désobligeants subis ces derniers mois n’ont pas altéré l’alliance américano-israélienne, ont-ils tenu à préciser.

Peu de temps après sa rencontre avec Netanyahu jeudi après-midi, la sénatrice Kelly Ayotte a assuré que la réunion a mis en évidence « la relation indestructible entre les Etats-Unis et Israël indépendamment des déclarations ponctuelles émises par tel ou tel responsable. »

Après la rencontre avec le Premier ministre, principalement axée sur le nucléaire iranien et le processus de paix avec les Palestiniens, « je peux dire que [Israël et les Etats-Unis] ont des positions parfaitement alignées », a déclaré Ayotte au Times of Israel.

Interrogée sur l’impact sur les relations israélo-américaines des dernières remarques désobligeantes du ministre de la Défense Moshe Yaalon visant le secrétaire d’Etat John Kerry et la politique étrangère américaine en général, Ayotte a rétorqué qu’elle « laissera [Yaalon] s’exprimer en son nom ».

Et de préciser : « Je ne pense pas que ces commentaires puissent être interprétés en aucun cas, comme la démonstration d’une amitié affaiblie.»

Les déclarations de Ayotte minimisant les tensions entre l’un des principaux ministres israéliens et la Maison Blanche, acquise au parti Démocrate, est particulièrement notable eu égard à sa propre opposition à la politique étrangère de l’administration Obama.

Membre du parti Républicain, Ayotte est devenue l’une des principales voix dissonantes au Congrès plaidant en faveur d’une politique étrangère américaine plus affirmée.

« J’ai été très claire sur la politique étrangère menée par l’administration actuelle sur de nombreux fronts », a-t-elle tenu à préciser. Et en particulier sur son attitude à l’égard de la Russie.

Dans un discours prononcé lundi à l’Université de Louisville, Ayotte a épinglé la politique de la Maison Blanche concernant la Russie, arguant qu’elle « a effectivement conduit les Russes a interprété nos mesures de conciliation comme une marque de faiblesse ».

Or, s’adressant au Times of Israël, média israélien, elle a préféré félicité l’administration Obama sur l’adoption de la dernière série de sanctions contre les responsables russes proches du président Vladimir Poutine.

Dans le même temps, les deux collègues démocrates de Ayotte également du voyage, le sénateur Joe Donnelly de l’Indiana et le député Stephen Lynch du Massachusetts, ont réaffirmé la solidité de l’alliance israélo-américaine, sans omettre une allusion à une certaine frustration.

La relation « est aussi forte que possible », a déclaré Donnelly. « Quand nous étions avec [Netanyahu] ce soir, il y avait une évidence très claire des deux côtés [ ] que nous tenions côte à côte ».

Pourtant, le sénateur a évoqué la frustration palpable de l’administration américaine. « Parfois, vous vous grattez la tête et vous vous demandez ce que vous pourrez faire de plus pour vous le montrer», affirme-t-il.

« Je ne peux expliquer les raisons qui motivent les déclarations du ministre de la Défense ».

Lynch, de son côté, réaffirme également l’indéfectibilité de l’alliance entre les deux pays. « La relation est au niveau de celle de citoyens », a-t-il insisté.

Et d’affirmer que ces tensions ne reflétaient rien de bien neuf. « Nous avons souvent dû faire face aux déclarations controversées de la part de dirigeants en Israël et aux États-Unis, que ce soit le président [Jimmy] Carter, le président [Ronald] Reagan ou le Premier ministre [Ariel] Sharon. Mais, nous sommes toujours parvenus à dépasser cela.»

« Mais [Yaalon] a présenté des excuses », a-t-il conclu. « Et les excuses ont été acceptées. Donc passons ».

Les trois responsables ont également rencontré Shimon Peres et ont visité des infrastructures liées aux systèmes de défense de l’Etat hébreu, dont le Dôme de fer.

Selon l’ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro, « ils ont affirmé leur soutien à l’aide américaine à destination d’Israël et leur engagement envers la sécurité du pays ».