L’Iran est en train de construire une base militaire permanente en Syrie au sud de Damas, a fait savoir vendredi la BBC, citant un responsable des services de renseignement occidentaux. La chaîne britannique a commandé une série de photos prises par satellite qui attestent d’importantes constructions sur le site.

Israël fait part depuis longtemps de la tentative de l’Iran d’établir une présence permanente en Syrie dans le cadre de ses efforts visant à contrôler un couloir terrestre reliant la république islamique à la Méditerranée, au moment où le pays cherche à étendre son influence dans le Moyen-Orient.

Selon le rapport établi par la BBC, la base est située sur un site utilisé par l’armée syrienne à proximité d’El-Kiswah, à 14 km au sud de Damas, et à 50 kilomètres de la frontière israélienne.

La BBC a fourni des images satellites qui montrent « une série de deux douzaines de vastes bâtiments bas, probablement pour y héberger des soldats et y abriter des véhicules ».

Image satellite d’une base iranienne présumée en Syrie datant du mois de janvier 2017 (Crédit : Airbus, Digital Globe and McKenzie Intelligence Services/BBC)

Les photos, prises sur quelques mois, montrent de nouveaux bâtiments en cours de construction. Le reportage note toutefois qu’il est « impossible de vérifier indépendamment la nature objective de ce site et la présence des militaires iraniens ».

Les images de la base ne révèlent aucun signe d’armement massif ou non-conventionnel, ce qui signifie que si c’est une base, elle hébergera plus probablement des soldats et des véhicules », a fait savoir la BBC, citant une source ayant indiqué qu’il était possible que de hauts-responsables militaires iraniens se soient rendus sur les lieux ces dernières semaines.

Image satellite d’une base iranienne présumée en Syrie datant du mois de mai 2017

Le reportage affirme également qu’une analyse indépendante des images commanditées par la BBC a conclu que la structure est évidemment militaire. L’analyse a aussi suggéré qu’une série de garages peuvent comporter de six à huit véhicules chacun.

Image satellite d’une base iranienne présumée en Syrie datant du mois d’octobre 2017

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué la semaine dernière que la menace posée par Téhéran à ses voisins moyen-orientaux était en train de mener ces derniers à passer des alliances inimaginables auparavant avec l’Etat juif.

« L’Iran dévore une nation après l’autre », a dit Netanyahu à Chatham House, le think-tank de l’Institut royal des Affaires internationales de Londres.

« L’Iran agit ainsi soit par la conquête directe, soit en utilisant un mandataire. Le pays s’est emparé du Liban, du Yémen…. Et il tente de faire la même chose avec l’Irak, en Syrie ».

« La bonne nouvelle est que les autres pays se rallient à Israël comme cela n’a jamais été le cas auparavant. C’est quelque chose que je n’aurais jamais imaginé voir de mon vivant », a dit Netanyahu.

Benjamin Netanyahu donne une analyse géopolitique à la Chatham House, The Royal Institute of International Affairs, à Londres, le 3 novembre 2017 (Crédit : AFP / ADRIAN DENNIS)

Il a expliqué qu’Israël travaille « très dur » à établir une alliance effective avec « les états sunnites modernes » pour condamner et contrer l’agression iranienne.

« Je pense que [cette alliance] représente une forte promesse de paix » dans la région, a-t-il dit.

« L’Iran est intervenu dans la guerre syrienne pour ‘libaniser’ la Syrie aux niveaux économique et militaire », a-t-il poursuivi. Mais Israël, a-t-il juré, ne laissera pas l’Iran dominer la Syrie.

« Ils veulent laisser leur armée, leurs bases aériennes et leurs avions de combat à quelques secondes d’Israël et nous ne laisserons pas cela arriver. Nous l’affirmons et nos dires seront suivis par l’action ».