L’Iran et la Russie, deux alliés du président syrien Bachar al-Assad, partagent une base en Syrie pour coordonner leur aide aux forces du régime, a indiqué mardi un haut responsable de la sécurité à Téhéran.

« Nous partageons une base en Syrie où l’Iran, avec l’aide de la Russie, a des activités de conseil pour aider l’armée syrienne et les forces de la résistance », a déclaré Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, cité par l’agence Tasnim.

Le responsable, qui n’a pas précisé où était située la base, entend notamment par « forces de résistance » les combattants du mouvement terroriste chiite libanais Hezbollah, proche de l’Iran.

Egalement coordinateur des actions politiques, militaires et sécuritaires entre l’Iran, la Syrie et la Russie, Ali Shamkhani a dit que Moscou et Téhéran travaillaient étroitement sur l’aspect « militaire du combat contre le terrorisme ».

Le terme « terroristes » est généralement utilisé par le régime syrien et l’Iran pour désigner tous les groupes armés, djihadistes ou non, qui s’opposent à lui.

Selon le responsable, les deux pays se coordonnent aussi sur « l’utilisation de l’espace aérien iranien ».

En août, la Russie avait affirmé avoir utilisé pour la première fois une base aérienne en Iran pour mener des raids en Syrie, mais Téhéran n’avait pas apprécié que Moscou fasse une telle révélation.

M. Shamkhani a en revanche critiqué une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU adoptée lundi avec l’aval de Moscou sur le déploiement d’observateurs onusiens dans les quartiers rebelles d’Alep (nord) pour y superviser les dernières évacuations de rebelles et de civils de la deuxième ville de Syrie.

Selon lui, une telle mesure va permettre le déploiement dans la ville « d’éléments militaires et des renseignements de pays qui soutiennent le terrorisme ».

L’Iran soutient politiquement, financièrement et militairement le régime de Damas en envoyant en Syrie des conseillers militaires et des « volontaires » qui combattent aux côtés de l’armée syrienne.

La Russie de son côté a lancé en septembre 2015 une opération militaire en Syrie, impliquant notamment des frappes aériennes contre les groupes luttant contre le régime.