L’Iran a lancé lundi un nouveau satellite d’observation, le premier depuis 2012, qui a été placé « avec succès » en orbite, a rapporté la chaine de télévision en arabe Al-Alam.

« Le satellite Fajr (aube) a été lancé avec succès et placé en orbite. Il est destiné à être placé à une altitude variant entre 250 et 400 kilomètres », a affirmé la chaine, précisant qu’il « est capable de prendre des images précises de la Terre ».

Le président Hassan Rouhani a donné personnellement l’ordre du lancement, selon les images diffusées par la télévision d’Etat.

« Nos scientifiques sont entrés dans une nouvelle étape pour conquérir l’espace (…) Nous allons continuer sur cette voie pour répondre à nos besoins en matière spatiale », a déclaré Rouhani.

Selon l’agence officielle Irna, il s’agit du quatrième satellite de fabrication iranienne à être envoyé dans l’espace.

L’Iran a déjà envoyé trois satellites dans l’espace entre 2009 et février 2012. Téhéran a également lancé deux capsules transportant des êtres vivants, la première en février 2010 contenant un rat, des tortues et des insectes, et la seconde en janvier 2013 contenant un singe, qui, selon les médias officiels, a été récupéré vivant.

Fajr a été mis en orbite par le lanceur Safir-Fajr, construit au sein de l’Organisation des industries aérospatiales du ministère de la Défense, ce qui « montre la capacité de l’Iran à construire des lanceurs de satellites », a déclaré pour sa part le ministre de la Défense, le général Hossein Dehgan, dans un message.

Les Occidentaux soupçonnent l’Iran de chercher à développer, en utilisant la technologie de ses lanceurs de satellites, des lanceurs balistiques à longue portée capables d’emporter des charges conventionnelles ou nucléaires. Ce que l’Iran a toujours démenti en affirmant que son programme spatial est uniquement à visée pacifique.

Ces dernières années, ils ont toujours condamné tous les lancements de satellites iraniens.