Le chef des forces armées iraniennes a qualifié de « bluff politique » les déclarations américaines sur une « option militaire » en cas d’échec des négociations nucléaires, ajoutant que l’Iran était prêt à mener une « bataille décisive contre les Etats-Unis et le régime sioniste ».

« Nous lançons une mise en garde en cas d’agression contre nos forces depuis un territoire, toutes ses positions seront attaquées. Nous n’avons aucune hostilité à l’égard des pays de la région, mais si nous sommes attaqués depuis les bases américaines dans la région, nous les viserons et les attaquerons », a déclaré le général Hassan Firouzabadi, chef de l’état-major des forces armées iraniennes, cité mercredi par l’agence Fars.

Des responsables américains ont déclaré à plusieurs reprises au cours des dernières semaines que « toutes les options restaient sur la table » en cas d’échec des négociations entre l’Iran et les pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) sur le dossier nucléaire, censées reprendre lundi à Vienne.

Ces négociations, qui doivent durer au moins six mois, visent à conclure un accord définitif sur le programme nucléaire, garantissant que celui-ci n’a pas de visée militaire en échange de la levée de toutes les sanctions économiques contre l’Iran, décidées ces dernières années par les Nations unies, les Etats-Unis et les pays de l’Union européenne.

« Durant la dernière décennie, ils [les Américains] ont examiné l’option militaire contre l’Iran, ont emmené leurs forces dans la région, mais sont arrivés à la conclusion qu’ils ne peuvent pas [attaquer l’Iran] et sont repartis », a-t-il déclaré.

Il a qualifié de « bluff politique » les déclarations sur une éventuelle option militaire contre l’Iran, évoquée par les responsables américains.

Les Etats-Unis possèdent de nombreuses bases militaires, notamment en Arabie Saoudite, à Bahreïn, au Qatar, au Koweït ou encore en Turquie.

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré mardi que l’option militaire contre l’Iran était « une illusion ».

« Je dis clairement à ceux qui ont l’illusion qu’il existe sur leur table l’option d’une menace contre notre nation qu’ils doivent changer de lunettes, car l’option d’une action militaire contre l’Iran n’existe sur aucune table au monde », a déclaré le président Rohani lors d’un discours à l’occasion du 35ème anniversaire de la révolution islamique.

Fin janvier, le secrétaire d’Etat américain John Kerry avait indiqué qu’en cas d’échec des négociations nucléaires, « les options militaires des Etats-Unis sont prêtes » et que son pays était « préparé à faire ce qu’il avait à faire ».