Quelques heures après que le chef du Hezbollah terroriste Hassan Nasrallah a averti que son groupe terroriste ne serait pas « découragé » et que toute action israélienne contre lui ne resterait pas impunie, le chef de la Garde révolutionnaire iranienne a affirmé qu’Israël « a appris une leçon » après l’attaque de mercredi au cours de laquelle deux soldats de Tsahal ont été tués.

S’exprimant depuis Beyrouth au cours d’une cérémonie pour les « martyrs de Quneitra » – les 12 agents iraniens ou du Hezbollah, incluant un général, qui ont été tués lors d’un raid aérien attribué à Israël sur le côté syrien du plateau du Golan, le 18 janvier dernier – le général Mohammad Ali Jafari a été cité par l’agence de nouvelles IRNA affirmant que la réaction de l’Iran et du Hezbollah à toute attaque israélienne future serait « la même ».

L’attaque de mercredi, au cours de laquelle le major Yochai Kalangel et le sergent Dor Chaim Nini ont été tués après que les missiles anti-tank lancés par une unité du Hezbollah ont touché leur convoi, a été perçue comme une réponse au raid aérien israélien présumé qui a eu lieu la semaine précédente près de Qouneitra.

L’Iran et son allié le Hezbollah ont en effet tracé les contours d’une nouvelle politique ce vendredi, selon un reportage de la Deuxième chaîne. Désormais, toute opération israélienne en Syrie se verra opposer une réaction d’envergure. L’Iran et le Hezbollah ont indiqué que de « nouvelles règles d’engagement » ont été prises ce vendredi lors de leurs prises de parole respectives à Beyrouth.

Selon le reportage de la Deuxième chaîne, l’Iran cherche à renforcer son influence dans le sud de la Syrie et souhaiterait ouvrir un nouveau front avec l’aide de membres du Hezbollah opérant sous la houlette de l’Iran.

Plus tôt ce vendredi, Nasrallah a donné son premier discours depuis l’attaque mortelle de mercredi, prévenant que le Hezbollah ne cherchait pas la guerre mais ne la craignait pas non plus. Il s’est également félicité de l’unité libanaise, iranienne et syrienne.

« Nous n’avons pas peur de la guerre [contre Israël] et nous n’hésitons pas à aller au combat si elle nous est imposée et nous la gagnerons, si Dieu le veut », a-t-il ajouté.