L’Israélien retrouvé battu à mort et défiguré dimanche à Berlin était un touriste de 22 ans, qui avait tenté de contacter sa famille deux jours plus tôt pour payer son retour en avion, a annoncé son ambassade jeudi.

La police a attendu jeudi pour établir « avec certitude » l’identité de Yosi Damari, découvert par des passants dimanche vers 6H20 (4H20 GMT) dans les ruines de l’église du Cloître franciscain, dans le centre de Berlin.

« Le défunt s’était présenté à l’ambassade d’Israël le Vendredi Saint (3 avril) et nous l’avons aidé sur plusieurs sujets », a déclaré une porte-parole de l’ambassade à l’AFP.

Selon elle, le jeune homme souhaitait contacter des membres de sa famille en Israël pour qu’ils l’aident à payer son vol retour. L’ambassade n’a pu préciser s’il est parvenu à les joindre.

« Nous n’avons aucune information concernant un mobile (du crime). Notre consul général est en contact étroit avec la police de Berlin et notre équipe est également en relation avec ses proches en Israël », a-t-elle ajouté par mail.

L’ambassade d’Israël avait par ailleurs mis Yosi Damari en contact avec la communauté juive de Berlin, qui l’avait invité à un dîner, a précisé une porte-parole de l’institution à l’agence allemande DPA.

Le jeune homme, qui vivait en Allemagne depuis un certain temps mais venait d’arriver à Berlin, avait accepté cette invitation, mais n’a pas été revu vivant ensuite, a poursuivi la représentante de l’ambassade.

La police de Berlin, chargée de l’enquête sur le meurtre, indioque dans un communiqué que Yosi Damari a subi « de graves blessures ayant entrainé la mort » samedi en fin de journée, entre 17H00 et 21H00, et qu’il visitait la capitale allemande « au moins depuis vendredi ».

« L’endroit où le corps a été retrouvé est aussi la scène de crime », affirme la police.

Les enquêteurs sont toujours à la recherche de témoins susceptibles d’être passés près des vestiges de cette église gothique du XIVe siècle détruite durant la guerre, proche de la mairie et de l’Alexanderplatz, place assez mal famée de la capitale.

Berlin connaît depuis plusieurs années un regain d’intérêt auprès des jeunes Israéliens, attirés par ses prix modiques et son intense vie nocturne, après avoir longtemps incarné la planification de la Shoah et les crimes du nazisme.