Le gouvernement italien a publié des milliers de documents précédemment classifiés liés aux crimes de guerre nazis et fascistes commis en Italie pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Les documents ont été déclassifiés par une commission parlementaire qui avait enquêté sur la dissimulation des dossiers liés à ces crimes.

En particulier, la commission s’est occupée de ce qui était surnommé le « cabinet de la honte » – un cabinet de bois découvert en 1994 dans les archives des quartiers généraux des procureurs militaires et dans lequel 695 dossiers sur des crimes de guerre avaient été cachés pendant des décennies.

Les documents concernent les détails de crimes allant de persécutions anti-juives aux massacres de civils qui ont au total entraîné 15 000 morts.

Mardi, les archives historiques de la Chambre des députés ont indexé 13 000 pages de matériel sur leur site internet.

Les documents comprennent du matériel déclassifié de la commission d’enquête ainsi que des documents originaux qui avaient été cachés dans le « cabinet de la honte ». Les utilisateurs peuvent consulter l’index en ligne et demander des copies numériques de documents particuliers.

Renzo Gattegna, le président de l’union des communautés juives italiennes, a décrit cette action comme un « tournant historique ».

Ouvrir le « cabinet de la honte » au public, a-t-il déclaré, « comble un fossé sérieux et annonce le début d’une nouvelle ère de prise de conscience des crimes et des responsabilités du fascisme et du nazisme en Italie ».