La ministre de la Justice et chef des négociations de paix israélienne Tzipi Livni a violemment critiqué dimanche soir les propos du ministre de la Défense Moshe Yaalon, qui avait rejeté la viabilité des pourparlers avec les Palestiniens.

Livni a affirmé que « les jérémiades et le désespoir sont faciles… Notre responsabilité est de changer la réalité. »

Dans une interview donnée samedi, Yaalon avait déclaré que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas n’était « pas un partenaire pour un accord final » et qu’il ne croyait à la paix de son vivant.

Dans un statut publié sur Facebook, Livni écrit que « ceux qui affirment qu’il n’y aura pas d’accord de notre temps sont ceux qui ont abandonné. Un gouvernement responsable ne doit pas abandonner l’intérêt le plus fondamental de l’État d’Israël : celui destiné à protéger le sionisme et nous-même, en tant que nation démocratique et juive, celui qui promet que nous ne deviendrons pas un État binational. »

« Oui, c’est complexe et difficile, mais les jérémiades et le désespoir sont faciles », poursuit Livni. « Nous sommes des décisionnaires, pas des observateurs ou des commentateurs. Les deux gouvernements doivent prendre des décisions. »

« Ne faire qu’émettre des critiques envers l’autre camp (j’en ai aussi) n’est pas un plan d’action pour des dirigeants », soutient Livni. « Notre responsabilité est de changer la réalité afin de sauvegarder et de protéger ce qui est important à nos yeux. »

Abbas est actuellement aux États-Unis, où il a rencontré dimanche le secrétaire d’État John Kerry et doit s’entretenir avec le président Barack Obama.

Dans une interview à la deuxième chaîne de télévision israélienne, Yaalon avait déclaré que Mahmoud Abbas « est un partenaire pour recevoir mais pas pour donner. Il n’est pas un partenaire pour un accord final qui comprendrait la reconnaissance d’Israël comme État national du peuple juif et qui mettrait fin au conflit et à toutes les demandes. Il dit cela très clairement et malheureusement personne ne semble l’écouter. »

Avec Times of Israel staff