La ministre de la Justice, Tzipi Livni, a mis en garde les Israéliens contre la « mentalité de ghetto », lors d’un événement organisé au kibboutz Tel Itzhak dimanche soir, en hommage aux victimes de la barbarie nazie, arguant que l’Etat hébreu était assez fort pour ne pas se laisser intimider par les menaces.

Si la mémoire de la Shoah influence naturellement la prise de décision à Jérusalem, elle ne devrait pas contrôler la génération actuelle.

« Si la mémoire nous rappelle où la haine et l’apathie peuvent nous conduire, il est important de ne pas laisser ces sombres événements prendre le contrôle sur nos décisions et notre avenir », a-t-elle déclaré selon Ynet.

« Il est important que nous transmettions aux jeunes Israéliens, ceux qui étudient l’Holocauste, une profonde compréhension des événements, et sa véritable signification
historique ».

Ces déclarations contrastent avec celles du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a établi un parallèle, lors de son discours à l’occasion de la cérémonie officielle en hommage aux victimes du nazisme à Yad Vashem, entre l’inaction du monde ayant conduit à la Shoah et l’attitude actuelle adoptée par les gouvernements étrangers à l’égard du programme nucléaire iranien.

Livni a réfuté l’analogie en question.

« Les citoyens israéliens ne sont plus confrontés aujourd’hui aux mêmes dangers que les Juifs européens de l’époque ». Et de
poursuivre : « Oui, l’Etat d’Israël en 2014 est encore un pays menacé, et certains refusent de reconnaître notre existence et agissent dans le but de nous effacer de la carte du monde – mais il s’agit aussi d’un Etat fort et indépendant. »

« Assez fort pour faire face aux menaces. Assez fort pour faire partie intégrante du monde, et pas seulement qui se renferme sur lui-même avec une mentalité de ghetto. Assez fort pour combattre ses ennemis, et suffisamment solide pour parvenir à la paix avec ses voisins, si et quand il trouve le partenaire adéquat. »

La journée de commémoration de la Shoah a débuté en Israël dimanche soir par une cérémonie officielle à Yad Vashem à Jérusalem en hommage aux six millions de victimes du génocide nazi.