Tzipi Livni, de l’Union sioniste, a décidé de renoncer à son accord de rotation avec le leader du parti Isaac Herzog, car cela servirait mieux l’objectif de remplacer le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a-t-elle déclaré lundi soir.

Dans une série d’entretiens avec les médias israéliens, Livni a déclaré que le Likud devrait envisager sa décision comme une leçon pour apprendre ce que signifie un « leadership responsable ».

Elle a nié que le moment de l’annonce était une « tactique ».

« J’ai fait ce que j’avais à faire, maintenant c’est à votre tour », a-t-elle lancé aux citoyens, sur sa page Facebook.

Livni a également maintenu qu’elle avait toujours insisté sur le fait qu’elle renoncerait à la rotation si cela s’avérait être « un obstacle ».

L’Union sioniste a annoncé cette décision de renoncer à la rotation, moins de douze heures avant le début des élections. Il s’agissait d’un accord conclu il y a deux mois lorsque le parti Hatnua de Livni avait fusionné avec le parti travailliste d’Isaac Herzog.

Répondant aux critiques de Netanyahu, qui a parlé de « panique » à propos de cette décision de dernière minute et a accusé Livni et Herzog de dire des « mensonges » à la population, Livni a déclaré à la Deuxième chaîne que « le Likud se lève en hurlant parce que Netanyahu n’a jamais fait face à une situation dans laquelle un leader prend des décisions pour le bien de la nation ».

« Qu’ils nous regardent et qu’ils apprennent comment se comportent des dirigeants responsables », a ajouté Livni, ancienne membre du Likud.

Netanyahu et les membres de son parti avaient également affirmé que le revirement de dernière minute reflétait l’incapacité de l’Union sioniste à résister à la pression.

Dans un entretien séparé avec le site Walla, Livni a déclaré que l’annonce « n’est pas un processus tactique, et n’est pas destinée à générer quoi que ce soit ».

« J’agis en fonction de ce qui est juste, comme je l’ai prouvé plus d’une fois », a-t-elle affirmé.

« Nous avons créé un partenariat qui transforme des élections inutiles en une élection historique, et je [voulais] préciser que nous ferons tout pour remplacer Netanyahu. »

L’annonce spectaculaire a également attiré de vives critiques de la part de Yesh Atid et HaBayit HaYehudi, qui ont accusé Herzog de vouloir former un gouvernement d’union nationale avec le Likud.

A gauche de l’Union sioniste, Zahava Gal-sur, du Meretz, a salué la décision comme « un pas dans la bonne direction », mais a continué à exhorter les électeurs à voter pour le Meretz, qui, selon de récents sondages, ne fera peut-être pas faire partie de la future Knesset.