La ministre de la justice Tzipi Livni a déclaré mercredi qu’elle s’opposerait à toute tentative de perturber l’équilibre délicat entre les valeurs juives et les valeurs démocratiques d’Israël, indépendamment de qui se trouve derrière le projet de loi.

Répondant à l’intention du Premier ministre Benjamin Netanyahu de présenter une nouvelle Loi fondamentale qui inscrirait dans l’Etat d’Israël le statut juif, Livni a promis de « continuer à défendre les valeurs d’Israël qui sont celles d’un Etat juif et démocratique, et en aucun cas nous ne permettrons l’affaiblissement des valeurs démocratiques et leurs assujettissements aux valeurs juives. »

« C’est l’essence de notre Déclaration d’Indépendance et c’est la base de notre existence » insiste Livni. « Comme je l’ai déjà fait par le passé, je continuerai à rejeter ce genre d’initiatives, quellle que soit la personne qui les suggère » ajoute-
t-elle.

La ministre de la Justice a aussi précisé qu’elle avait nommé le professeur Ruth Gavinson pour élaborer une loi « qui conserverait l’équilibre essentiel de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif et
démocratique. »

Livni a précédemment soutenu une législation similaire proposée lors de la dernière Knesset par l’ancien député Kadima Avi Dichter, mais s’y est opposée par la suite.

Selon la Deuxième chaîne, il faut s’attendre à ce que le parti Yesh Atid s’oppose à ces nouvelles Lois fondamentales inscrivant le caractère juif de l’Etat d’Israël, un mouvement qui pourrait potentiellement créer une coalition de crise.

Plus tôt mercredi, lors d’un événement pour marquer l’Indépendance d’Israël à Tel Aviv, Netanyahu a déclaré qu’il avait l’intention de présenter une Loi fondamentale à la Knesset, qui permettrait d’ancrer de façon constitutionnelle le statut d’Israël en tant qu’État national du peuple juif. »

Les leaders des parties de l’aile gauche de la Knesset se sont aussi opposés à la proposition de Netanyahu, expliquant que cette stratégie serait inefficace.

« L’échec politique du camp de Netanyahu va entrainer la perte d’une majorité juive et va faire d’Israël un Etat binational, » explique le leader de l’opposition (travailliste) Isaac Herzog. « C’est un fait désolant, aucune loi ne peut le dissimuler. »

Le leader du parti Meretz, Zahava Gal-on, a décrit cette proposition comme une « déclaration légale superflue qui ne permettra pas à Israël de rester un Etat juif. »

« Dans l’Etat d’Israël, il y a aussi des citoyens non juifs et de ce fait l’Etat doit se définir comme l’Etat du peuple juif et de tous ces citoyens, » explique-t-elle.

Cette nouvelle Loi fondamentale respecterait le droit des minorités non juives de vivre dans le pays, conformément à la Déclaration d’Indépendance d’Israël, a précisé Netanyahu.

Israël n’a pas de constitution, mais la Cour suprême a déclaré que les Lois fondamentales agissaient comme des Lois constitutionnelles.