La Grande-Bretagne a interdit mercredi une publicité du gouvernement israélien devant paraître dans un journal britannique et suggérant que la Vieille Ville de Jérusalem faisait partie intégrante d’Israël, ce que la communauté internationale réfute.

La couverture du supplément touristique, qui devait accompagner l’édition d’un journal dont l’identité n’a pas été dévoilée, montre un panorama de la Vieille Ville avec cette inscription : « Israël possède tous les atouts » (Israel has it all).

Selon l’autorité britannique de régulation de la publicité, la combinaison de la photo et du texte suggère que la Vieille Ville, située dans Jérusalem Est, fait partie d’Israël.

La communauté internationale a toujours refusé de reconnaître le rattachement de Jérusalem Est au territoire israélien décidé par Israël en 1982.

« Sachant que le statut des territoires en question est l’objet de fréquents désaccords internationaux, nous avons considéré que la présentation de la publicité induisait en erreur le lecteur en lui faisant croire que la Vieille Ville de Jérusalem faisait partie d’Israël. Et qu’elle risquait de faire prendre au lecteur une décision qu’il n’aurait pas pris autrement », c’est-à-dire se rendre sur place, a expliqué l’autorité de régulation.

Selon le régulateur, le gouvernement israélien aurait assuré ne « pas vouloir faire dans le politique ».

Mais seulement faire savoir que des endroits comme la Vieille Ville de Jérusalem étaient « seulement accessibles en se rendant en Israël ».