Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a annoncé samedi qu’il allait évoquer un cessez-le-feu à Gaza avec ses homologues américain, français et allemand en marge de la réunion sur le nucléaire iranien dimanche à Vienne.

« Nous avons besoin d’une action internationale urgente et concertée afin de mettre en place un cessez-le-feu, comme en 2012. Je vais l’évoquer avec John Kerry, Laurent Fabius et Frank-Walter Steinmeier demain à Vienne », a déclaré le chef de la diplomatie britannique dans un communiqué.

William Hague a ajouté avoir « insisté sur le besoin d’une désescalade immédiate et d’un rétablissement du cessez-le-feu instauré en novembre 2012 » lors de ses conversations téléphoniques samedi avec son homologue israélien Avigdor Liberman et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

« J’ai également exprimé notre profonde préoccupation sur le nombre de victimes civiles et l’impératif, pour les deux côtés, d’éviter de nouvelles pertes de vie innocentes », a ajouté le ministre qui avait déjà fait part dans la matinée de sa « préoccupation extrême » sur son compte Twitter.

C’était alors la première réaction officielle de Londres depuis le soutien ferme à Israël apporté par le Premier ministre, David Cameron, mercredi, au lendemain des premières frappes israéliennes sur Gaza visant à faire cesser les tirs de roquettes par les combattants palestiniens.

Ce nouveau conflit est le plus meurtrier depuis l’opération « Pilier de Défense » en novembre 2012, qui avait déjà pour objectif de faire cesser les tirs de roquettes de Gaza. Les hostilités avaient fait 177 morts palestiniens et 6 Israéliens.

Vendredi soir, le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a proclamé qu’Israël résisterait à toute ingérence internationale en vue d’un cessez-le-feu.