TORONTO – L’Ontario est devenu la première province canadienne à rejeter le mouvement de Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS) contre Israël.

Le parlement de l’Ontario a voté le 1er décembre par 49 voix contre cinq une motion rejetant « le traitement différentié d’Israël, notamment le mouvement de Boycott, Désinvestissements et Sanctions. » Les cinq votes d’opposition viennent des rangs du Nouveau parti démocratique, un parti de gauche.

Le vote a eu lieu six mois après le rejet d’une proposition de loi qui appelait la province à cesser de passer des contrats avec des entreprises, des fonds de retraite, des fondations, des collèges et des universités qui soutiennent le BDS.

La mesure, qui était un projet de loi, et non une motion principalement symbolique comme celle qui a été votée le 1er décembre, avait été rejetée par 39 voix contre 18.

En février dernier, la Chambre des Communes du Canada avait voté une motion condamnant « toute tentative d’organisations, de groupes ou d’individus canadiens de promouvoir le mouvement BDS, au Canada et à l’étranger », par 229 voix contre 51.

Les députés s’exprimant en faveur de la motion de l’Ontario ont décrit le BDS comme un mouvement antisémite à peine voilé qui a réduit le débat au silence et a intimidé les étudiants juifs dans les universités.

« Nous ne serions pas là pour soutenir le Ku Klux Klan sur nos campus, alors pourquoi permettons-nous au mouvement BDS et à d’autres organisations antisémites et anti-israéliennes de tenir des manifestations et d’utiliser nos campus, qui sont financés par le contribuable ? », a demandé la députée conservatrice Gila Martow, qui a introduit la motion et représente un large électorat juif.

Les opposants à la motion ont affirmé qu’elle réduisait au silence la dissidence légitime.

Les organisations juives canadiennes ont été ravies par le vote de la motion. Le Centre des affaires juives et israéliennes a déclaré qu’il s’agissait d’une « déclaration de principe qui, tout comme les Ontariens qui s’opposent justement à toute forme de discrimination […] rejette le BDS et d’autres campagnes sectaires contre les Israéliens. »