Israël devrait faire preuve de retenue dans son opération de recherche de trois jeunes Israéliens enlevés et ne pas imposer de punition collective aux Palestiniens de Cisjordanie, a affirmé lundi un haut responsable de l’ONU.

« Nous sommes inquiets de voir que plus de 350 Palestiniens ont désormais été arrêtés, plusieurs blessés et quatre Palestiniens tués, dont un mineur le 20 juin », a déclaré devant le Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint aux affaires politiques de l’ONU, Jeffrey Feltman.

« Le bilan en hausse des morts à la suite des opérations de sécurité israéliennes en Cisjordanie est alarmant », a-t-il estimé.

« Nous lançons un appel à la retenue dans les opérations de sécurité », a déclaré M. Feltman, qui a demandé à Israël « d’éviter de punir des individus pour des actes répréhensibles qu’ils n’ont pas commis personnellement ».

Tout en notant que le Hamas avait nié être impliqué dans l’enlèvement des trois jeunes Israéliens, M. Feltman a jugé « scandaleux les déclarations du Hamas glorifiant les responsables » de cet enlèvement. « Si l’implication du Hamas était corroborée, ce serait un développement grave », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré dimanche disposer de « preuves irréfutables » de l’implication du mouvement islamiste, ajoutant qu’elles seraient « bientôt rendues publiques ».

Après l’exposé de M. Feltman, le Conseil de sécurité a entamé des consultations à huis clos sur la situation au Proche-Orient.

S’adressant aux journalistes, le représentant palestinien à l’ONU Riad Mansour a exhorté le Conseil à « assumer ses responsabilités » et la communauté internationale à « fournir une protection » aux Palestiniens contre ce qu’il a qualifié d' »agression massive ».

L’armée israélienne a arrêté 37 Palestiniens dans la nuit de dimanche à lundi, portant à plus de 360 le nombre de personnes appréhendées en Cisjordanie depuis l’enlèvement de trois étudiants d’écoles religieuses juives, selon des sources militaires.

Quatre civils palestiniens, dont deux mineurs et un handicapé mental, ont été tués par l’armée israélienne en Cisjordanie depuis le lancement de l’opération « Gardien de nos frères ».