Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a exhorté jeudi Israël à suspendre la construction et à respecter la loi internationale, après l’annonce par le gouvernement israélien de projets de plus de 3 000 nouveaux logements dans les territoires occupés.

M. Ban s’est dit « profondément préoccupé » par l’annonce du gouvernement de Benjamin Netanyahu de projets de construction de plus de 3 000 logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, a rapporté son porte-parole Stéphane Dujarric.

« Comme les Nations unies l’ont réaffirmé à plusieurs reprises, la construction de nouveaux logements dans les territoires occupés est illégale au regard du droit international », a-t-il ajouté dans communiqué.

M. Ban appelle les deux parties « à éviter de prendre des mesures unilatérales sur le terrain qui vont réduire les chances d’aboutir à un accord de paix ».

« Le secrétaire général exhorte Israël à tenir compte des appels de la communauté internationale à geler ses activités de colonisation, à respecter ses engagements » internationaux et la « feuille de route », a poursuivi M. Dujarric.

Pour la première fois depuis trois ans, les Palestiniens ont l’intention de demander au Conseil de sécurité de l’ONU une résolution condamnant ce plan de construction.

L’Union européenne s’est dite « profondément déçue » jeudi par l’annonce du gouvernement israélien de la relance de la construction, et l’a appelé à « annuler » cette décision.

« Nous appelons les autorités israéliennes à annuler cette décision et à faire tendre tous leurs efforts vers la reprise rapide des discussions de paix », a déclaré le service diplomatique de l’UE dans un communiqué.

Dans son communiqué, l’UE ne fait référence qu’au premier appel d’offres, qualifié de décision qui « n’aide pas les efforts de paix ».

« L’UE et ses Etats membres ont appelé de manière répétée toutes les parties à faire preuve d’un maximum de retenue et à éviter toute action unilatérale qui pourrait affaiblir les efforts de paix et la viabilité d’une solution à deux Etats, comme la poursuite de la colonisation ».

Le communiqué rappelle que les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont réaffirmé récemment « leur engagement à mettre pleinement en oeuvre » la législation européenne par rapport à la construction dans les implantations. L’UE a mis en application en janvier des lignes directrices interdisant de traiter avec des entreprises ou organismes basés dans les implantations.

« Ce qu’il faut maintenant c’est un engagement constructif afin de créer un climat conduisant à la reprise des négociations », dit l’UE.