Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU espère apporter une aide alimentaire d’urgence à 85 000 personnes dans la bande de Gaza ces prochains jours, a indiqué vendredi une porte-parole.

Pour l’instant, l’agence onusienne a pu distribuer une aide d’urgence à 20.000 personnes à Gaza depuis que le début des violences, a déclaré Elisabeth Byrs lors d’un point presse.

Mais « le PAM espère atteindre 85 000 personnes ces prochains jours », a-t-elle ajouté.

Le PAM a prépositionné de l’aide autour de Gaza compte-tenu de l’augmentation des besoins.

Mme Byrs a par ailleurs souligné que le PAM avait besoin « immédiatement » de 20 millions de dollars (14,8 millions d’euros) pour poursuivre ses opérations à Gaza et en Cisjordanie jusqu’à la fin de l’année.

Avant les récents affrontements, le PAM distribuait déjà chaque mois de l’aide à 285.000 personnes à Gaza et 318 800 en Cisjordanie. 57 % de la population à Gaza souffre d’insécurité alimentaire, selon l’ONU. Ce taux est de 19 % en Cisjordanie.

De son côté, une porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Fadela Chaïb, a indiqué que l’organisation craignait l’apparition de maladies transmises par l’eau, comme les diarrhées, alors qu’une grande partie de la population n’a pas accès à l’eau potable.

Le nombre de personnes déplacées par le conflit à Gaza a presque doublé depuis le début de l’intervention terrestre israélienne, atteignant plus de 40 000 personnes, a indiqué vendredi l’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens.

« Le nombre de personnes venant à l’UNRWA en quête d’un sanctuaire face aux combats à Gaza a presque doublé. Il a augmenté de 22.000 à plus de 40 000″, a indiqué Chris Gunness, porte-parole de l’agence dans un communiqué.

Ces Palestiniens ont été pris en charge dans 34 centres de l’UNRWA à Gaza.

Selon la même source, l’agence a lancé un appel pour obtenir 60 millions de dollars afin de couvrir les besoins des déplacés pendant un mois.