L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a dénoncé mercredi comme « une grave escalade » le débat ouvert au Parlement israélien concernant la souveraineté de l’Etat hébreu sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem.

« Cette initiative sans précédent relève de la politique raciste d’Iraël, puissance d’occupation, qui veut judaïser Jérusalem et diviser la mosquée Al-Aqsa […], une ligne rouge » à ne pas franchir, écrit le nouveau secrétaire général de l’OCI, le Saoudien Iyad Madani, dans un communiqué.

Le Parlement israélien a débattu mardi soir d’une motion très polémique prévoyant « l’application de la souveraineté israélienne » sur l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam.

Le débat n’a donné lieu à aucun vote et doit se poursuivre ultérieurement sur la motion qui réclame qu’Israël cesse d’interdire dans les faits aux Juifs de prier sur l’esplanade.

« Une telle action constitue non seulement une menace pour le processus de paix mais elle risque aussi de déstabiliser l’ensemble de la région » du Moyen-Orient, ajoute Madani, dont l’organisation, basée à Jeddah (ouest de l’Arabie saoudite), compte 57 Etats membres.

Selon lui, le groupe des pays musulmans à l’ONU devrait se réunir à New York pour demander une réunion d’urgence du Conseil de sécurité afin qu’il agisse pour « mettre fin à la politique agressive d’Israël » dans les territoires palestiniens.

L’esplanade des Mosquées, qui abrite le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa, est située dans la Vieille Ville de Jérusalem Est. Elle est source de tensions quasi-quotidiennes entre Palestiniens et Israéliens.

Au pied de l’esplanade se situe le mur Occiental, le lieu le plus saint du judaïsme.