Une soldate de l’armée israélienne aurait fait une farce téléphonique en appelant les services d’urgence lundi. Elle aurait affirmé avoir été enlevée.

Selon le site d’information Ynet, la police a retracé l’appel à une base militaire dans le sud d’Israël et a prévenu la police militaire.

Cette mauvaise « plaisanterie » a été faite alors que les forces de l’armée effectuaient une opération de sécurité en Cisjordanie pour rechercher les trois jeunes Israéliens enlevés jeudi, probablement par le Hamas.

L’un des trois adolescents a réussi à passer un appel téléphonique à la police quelques minutes seulement après l’enlèvement, mais la police n’a pas déclaré immédiatement l’appel à l’armée israélienne parce qu’elle pensait que c’était une blague.

On pense que l’enlèvement a eu lieu aux environs de 22h25. La police a reçu l’appel quelques minutes plus tard. Suite à l’appel, la police a lancé une enquête mineure, mais n’a informé l’armée et les services de sécurité du Shin Bet sur l’incident que le vendredi à 4 heures du matin.

Un responsable de la police a tenté de nier les critiques et tout protocole défectueux dans le traitement de l’appel. Comme il l’a expliqué, la police de Cisjordanie reçoit des dizaines de faux rapports de tentatives d’enlèvement de manière quotidienne.

Le fonctionnaire, cependant, a promis de mettre en place un comité afin d’examiner pourquoi les informations concernant un possible enlèvement n’ont pas été transmises à l’armée plus rapidement.

L’officier qui avait reçu l’appel des adolescents enlevés a été décrit dans un reportage de la Deuxième chaîne comme «un jeune » policier « inexpérimenté ».

Le ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch a déclaré dimanche après-midi qu’il était au courant du fait que la police avait failli à ses responsabilités en omettant de transmettre les informations à l’armée, et que ces affirmations seraient examinées de plus près après que les adolescents soient localisés.