L’ancien responsable nommé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour superviser les efforts afin de rapatrier les corps de deux soldats de l’armée israélienne et des citoyens détenus par le groupe terroriste Hamas dans la bande de Gaza a déclaré qu’Israël doit adopter une politique d’enlèvement des combattants ennemis, pour les utiliser comme monnaie d’échange dans de futurs échanges de prisonniers.

Selon des enregistrements publiés lundi par la radio militaire, Lior Lotan, qui a démissionné la semaine dernière, a déclaré qu’Israël devrait capturer 200 combattants ennemis pour chaque soldat de l’armée israélienne capturé par les forces ennemies.

« Je ne pense pas qu’une guerre doit se terminer avec [un ratio de] 2 à 0 [soldats] capturés pour l’ennemi », a déclaré Lotan dans le clip audio, qui, selon la radio militaire, a été enregistré il y a quelques mois, avant sa démission.

On ne sait pas si Lotan savait qu’il était enregistré.

« Si nous avons un [soldat] capturé, [la guerre] doit se terminer à 200 pour 1. Si il y a 2 [soldats capturés], alors c’est 400 pour 2, s’il y en 3, alors 600, a-t-il dit. Cela ne veut pas dire que les problèmes seront résolus, mais l’équation sera différente. »

« Je veux mettre toutes les chances de notre côté », a-t-il ajouté.

Lotan a également déclaré dans cet enregistrement que bien que l’armée doive améliorer sa gestion des soldats enlevés, « ce chef d’état-major [Gadi Eizenkot] est très dévoué et pense que c’est une question que l’armée doit prendre en main. »

Avigdor Liberman, ministre de la Défense et président du parti Yisrael Beytenu, pendant la réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 20 mars 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Avigdor Liberman, ministre de la Défense et président du parti Yisrael Beytenu, pendant la réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 20 mars 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Depuis la démission de Lotan la semaine dernière, la question de la politique d’Israël sur les soldats capturés est revenue sur le devant de la scène. Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré dimanche qu’Israël doit établir « des limites claires » pour les négociations d’échanges de prisonniers avant que le remplaçant de Lotan ne soit nommé, afin que les ennemis d’Israël comprennent « que nous n’avons pas l’intention de faire de compromis sur la sécurité du peuple d’Israël. »

Le ministre du logement Yoav Galant (Koulanou), ancien général de l’armée israélienne, a vivement critiqué l’appel de Liberman, qui encourageait l’adoption des conclusions du rapport de 2012 de la commission Shamgar, s’opposant aux échanges de prisonniers comme l’accord Shalit.

« L’adoption du rapport Shamgar condamnerait à mort un soldat capturé », a déclaré Galant à la radio israélienne lundi.

Le père du soldat tué Hadar Goldin, dont la dépouille est détenue par le Hamas, a également vivement condamné les propos de Liberman, taxant le ministre de la Défense de « faible » et de « lâche ».

En plus de Goldin, le Hamas détient également le corps d’Oron Shaul, depuis qu’ils ont été tués dans la bande de Gaza durant l’opération Bordure Protectrice en 2014. Le groupe terroriste détiendrait également 3 citoyens israéliens, Avraham Abera Mengistu, Hisham al-Sayed, et Juma Ibrahim Abu Ghanima, qui seraient entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef.

Simha, à droite, et Leah Goldin, pendant une conférence de presse, le 27 août 2017. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Simha, à droite, et Leah Goldin, pendant une conférence de presse, le 27 août 2017. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Ilan, le frère de Mengistu, a déclaré lundi à la radio israélienne que « les efforts pour ramener les soldats doivent [également] ramener mon frère à la maison. »

Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies, devrait rencontrer les familles de Goldin, Shaul et Mengistu mercredi, dans le cadre d’un voyage de 3 jours dans la région.

Lundi, lors d’une rencontre entre Guterres et le président Reuven Rivlin, le président d’Israël a déclaré à Guterres que « le Hamas à Gaza ne doit pas être autorisé à reconstruire ses armements, et le monde doit appeler le Hamas à nous rendre nos enfants. Ramenez-les nous à la maison. À leurs familles. Je vous implore de prendre cette mission et de nous aider à ramener nos enfants. »

Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash 90/Times of Israel)

Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash 90/Times of Israël)