Le héros de guerre israélien Lou Lenart, un pilote de chasse américain qui a dirigé un raid aérien pendant la guerre d’Indépendance ayant repoussé une attaque égyptienne sur Tel Aviv, est décédé lundi à l’âge de 94 ans.
 
Lenart, qui a également combattu durant la Seconde Guerre mondiale et qui est devenu plus tard producteur à Hollywood, a succombé à une insuffisance rénale et cardiaque à son domicile dans la ville de Raanana, au centre d’Israël.

Ses funérailles auront lieu mercredi au cimetière Kfar Nachman de Raanana. Des officiers de haut rang du corps des Marines des États-Unis et de l’armée de l’air israélienne sont attendus, selon Rachel Nir, sa veuve.

Lenart, né en 1921 sous le nom Layos Lenovitz, est le fils de fermiers juifs dans un petit village hongrois près de la frontière tchèque.

Pour échapper à l’antisémitisme ambiant, la famille a déménagé aux États-Unis lorsque Lou avait 10 ans. Ses parents se sont installés dans la ville minière de Wilkes-Barre en Pennsylvanie, où il a été la cible de railleries anti-juives.

Lou Lenart (Autorisation)

Lou Lenart (Autorisation)

A 17 ans, Lenart est engagé dans les Marines américains et après 18 mois de formation d’infanterie il intègre une école de pilotage, où il fut presque donné pour mort après une collision en vol pendant la formation.

Lenart a participé à la bataille pour Okinawa et à d’autres engagements dens le Pacifique. Libéré à la fin de la guerre avec le grade de capitaine, il a appris que 14 de ses parents en Hongrie avaient été tués à Auschwitz.

Il a fallu peu de motivation supplémentaire pour que l’ex-Marine rejoigne l’effort clandestin visant à faire passer au début de 1948 dans l’Etat d’Israël naissant des avions de surplus de guerre.

Quand Israël a déclaré son indépendance le 14 mai 1948, l’armée de l’Air israélienne disposait de quatre versions tchèques abâtardies du Messerschmitt allemand. Le 29 mai de cette année, de grandes forces égyptiennes avaient avancé à moins de 26 kilomètres de Tel Aviv et Israël a décidé de miser l’ensemble de sa force aérienne dans une attaque contre les colonnes égyptiennes qui s’avançaient.

Etant le pilote le plus expérimenté, Lenart a dirigé l’attaque, avec Ezer Weizmann, qui devint plus tard président de l’Etat d’Israël, comme l’un des trois autres pilotes.

Les soldats égyptiens abasourdis, à qui on avait assuré que les Israéliens n’avaient aucun avion, ont arrêté leur avance et battirent en retraite. Suite à cet épisode, des articles de presse ont salué Lenart comme « l’homme qui a sauvé Tel Aviv ».

« Cela a été l’événement le plus important dans ma vie », a confié plus tard Lenart dans la revue de l’armée de l’air israélienne. « J’ai survécu à la Seconde Guerre mondiale pour pouvoir diriger cette mission. »

Après la guerre, Lenart a participé au pont aérien amenant les Juifs irakiens en Israël. Il a été un pilote dans la compagnie aérienne El Al et a produit six longs métrages, dont « Iron Eagle » et « Iron Eagle II. »

Un de ses collaborateurs a été le scénariste d’Hollywood Dan Gordon, qui a souligné que le surnom n’était pas exagéré.

« À bien des égards, Lou était ce que La Fayette et Nathan Hale étaient à la révolution américaine », a déclaré Gordon. « S’il n’y avait pas eu Lou et ses trois camarades, les Tél Aviviens seraient arabophones aujourd’hui. »

Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis et maintenant député à la Knesset, a décrit Lenart il y a quelques années comme « un père aimant, un ami fidèle, le champion d’Israël. Lou Lenart est une source d’inspiration non seulement pour les Juifs, mais pour toutes les personnes qui ont subi l’oppression et qui ont dû lutter pour leur liberté et la défense ».

Outre son épouse, Lenart laisse une fille, Michal, qui a elle-même servi dans l’armée de l’Air israélienne, et un petit-fils.