Après la révolution des mobiles, la guerre des prix du transport aérien est lancée. Des billets easyjet, Paris – Tel-Aviv, à 70 euros l’aller vont être commercialisés dans les prochains jours, se félicite sur sa page Facebook, le député des français de l’étranger, Meyer Habib.

Avec déjà plus de 6 000 français qui se sont installés en Israël en 2014, et une prévision de 10 000 nouveaux immigrants en 2015, la baisse des prix des billets d’avion est une excellente nouvelle pour les membres de la communauté franco-israélienne, amenés régulièrement à voyager entre Paris et Tel Aviv.

Le gouvernement israélien a parfaitement conscience de l’intérêt de l’attractivité des prix du transport aérien quand il affiche un objectif d’attirer en Israël 40 000 immigrants français d’ici 2017.

La direction d’easyjet n’a jamais caché son intérêt pour le marché israélien comme en témoignait dans ynetnews, Hugh Aitken, responsable commercial de la société britannique qui indiquait déjà il y a un an que le low cost était un « partenaire engagé sur le long terme avec Israël, son économie et son industrie touristique. Easyjet est fière d’être la deuxième plus importante compagnie étrangère à opérer des vols vers et depuis Tel Aviv avec plus de 330 000 passagers qui ont voyagé dans les avions de la compagnie sur les douze derniers mois vers et depuis l’État hébreu ».

La compagnie aérienne low-cost dessert déjà Israël depuis Berlin, Londres, Manchester, Genève, Bâle, Milan et Rome.

L’ouverture d’une liaison aérienne entre Paris et Eilat est également à l’étude et a fait l’objet de discussions le mois dernier entre le ministère israélien du Tourisme et Easyjet.

Avec la mise en œuvre de l’accord ‘Ciel ouvert’, ratifié en juin 2013 entre Israël et l’Union européenne, et qui permet une réduction du coût des billets d’avion, Israël est en train de devenir une destination possible pour les touristes européens des classes moyennes.