L’Union européenne a demandé vendredi à Israël de « revenir » sur des décisions récentes prises contre les Palestiniens, alors que les deux parties tentent de poursuivre leurs difficiles pourparlers de paix.

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a exprimé sa « préoccupation » concernant plusieurs événements récents dans les Territoires occupés, qui « ne jouent pas en faveur du climat de confiance et de coopération nécessaire pour le succès des négociations de paix », a indiqué un porte-parole dans un communiqué.

Elle a aussi « condamné » l’attaque meurtrière mardi contre un officier de la police israélienne près de Hébron, en Cisjordanie, en appelant « à la fin immédiate de tous les actes de violence ».

Ashton évoque l’autorisation accordée dimanche dernier à des colons juifs d’occuper une maison très disputée à Hébron et de nouvelles démolitions de maisons palestiniennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, qui se traduisent par le « déplacement de populations vulnérables ».

Elle « déplore » aussi « la récente confiscation d’assistance humanitaire de l’UE destinée à des civils vulnérables à Jabal al-Baba ».

De source européenne, on avait indiqué la semaine dernière qu’Israël avait détruit des abris financés par l’UE dans la zone E1, un secteur très controversé qui relie Jérusalem-Est à la Cisjordanie.

« L’UE appelle les autorités israéliennes à revenir sur ces décisions », a affirmé le porte-parole de Mme Ashton, en appelant toutes les parties « à la plus grande retenue et à la responsabilité pour ne pas mettre en danger l’actuel processus de paix ».