L’Union européenne a « félicité » mercredi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, pour sa victoire aux élections, l’appelant à un « leadership audacieux » pour relancer le processus de paix alors que les pourparlers sont au point mort depuis près d’un an.

« L’UE s’engage à travailler avec le nouveau gouvernement israélien à une relation mutuellement bénéfique ainsi qu’à une relance du processus de paix », a écrit la chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, dans un communiqué. Netanyahu avait semblé enterrer ce processus en excluant la création d’un Etat palestinien au dernier jour de la campagne électorale.

« Nous sommes à un moment crucial, avec de nombreuses menaces partout au Moyen-Orient », a souligné Mogherini, rappelant le soutien « loyal » de l’UE à « une résolution pacifique du conflit israélo-palestinien, dans l’intérêt du peuple israélien, du peuple israélien et de toute la région ».

« Nous sommes à vos côtés, vous pouvez compter sur nous », a-t-elle dit.

Mais « plus que jamais, un leadership audacieux est requis de la part de tous, pour trouver une solution globale, stable et viable à ce conflit qui a privé trop de générations de paix et de sécurité », a-t-elle insisté.

« Il est temps de tourner cette page et je suis confiante que nous pouvons travailler ensemble avec la communauté internationale à une solution qui garantira la paix et la sécurité au Moyen-Orient ».

Netanyahu, au pouvoir depuis 2009, est sorti grand vainqueur des élections législatives de mardi en Israël et devrait être appelé à former un gouvernement.

Selon les résultats de la commission électorale après dépouillement de la quasi-totalité des bulletins, le Likud de Netanyahu a remporté 23,26 % des suffrages, contre 18,73 % à la liste de son adversaire travailliste Isaac Herzog.

Durant la campagne, Netanyahu s’est posé en garant de la sécurité du pays alors que ses adversaires concentraient leurs efforts sur des thématiques sociales.

Face aux sondages défavorables, Netanyahu s’est démené les derniers jours pour ramener au bercail les déçus du Likud et rallier les indécis.

La coexistence de deux Etats dans leurs frontières de 1967 est le principe fondateur de la solution préconisée par l’UE pour résoudre le conflit.