L’Espagne a écrit à ses partenaires européens pour dire que l’Union européenne « peut et doit faire un effort plus grand » afin d’obtenir un accord de cessez-le-feu « durable » entre Palestiniens et Israéliens, a indiqué lundi une source proche du ministère des Affaires étrangères.

Le ministre des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo, qui avait déjà dénoncé jeudi « les massacres à Gaza » et mis en garde contre un conflit « qui peut se propager à toute une région sur le point d’exploser », a écrit vendredi sa « préoccupation » à la chef de diplomatie européenne Catherine Ashton, selon cette source.

« J’ai la conviction que l’Union européenne peut et doit faire un plus grand effort au nom des 28 pays membres pour aider à parvenir à ce qui apparaît si difficile », a écrit le ministre, selon cette source.

M. Margallo suggère dans sa lettre que la chef de la diplomatie européenne engage « des actions très rapides avec les parties au conflit ainsi qu’avec les pays concernés et capables d’agir sur elles, pour que l’Union européenne contribue activement à parvenir à une trêve immédiate et un accord de cessez-le-feu durable ».

Il rappelle également, dans sa lettre, que Madrid plaide pour une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU « qui permettrait que les parties au conflit reçoivent un appel impérieux de la communauté internationale » au cessez-le-feu.

Cette résolution exigerait un cessez-le-feu « durable », « comme celui obtenu au Liban par la résolution 1701 », écrit-il, toujours selon la même source.

L’Espagne a dénoncé à plusieurs reprises les bombardements d’Israël dans la bande de Gaza où plus de 1.850 Palestiniens ont été tués en 28 jours d’offensive, selon le bilan des services de secours palestiniens.

Le gouvernement espagnol a condamné « fermement » lundi, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, « l’attaque gravissime » qui a causé la mort de dix Palestiniens, dont un enfant, dans une école de l’ONU à Gaza.

Jeudi, M. Margallo avait déclaré que le gouvernement espagnol demandait « un cessez-le-feu immédiat pour en finir avec les massacres qui se produisent à Gaza ».

« L’unique solution, selon nous, est une résolution urgente du Conseil de sécurité de l’ONU mettant fin aux hostilités avec un processus de négociations qui permette d’en finir avec un conflit qui dure depuis 1948 », date de création de l’État d’Israël, avait insisté le ministre espagnol.