L’Union européenne pourrait rappeler son ambassadeur en Israël dans le cadre d’un lot de sanctions au cas où Israël prendrait des mesures jugées préjudiciables au processus de paix, ont indiqué lundi des diplomates.

Cette décision est survenue alors que les ministres des Affaires étrangères de l’UE se réunissent lundi pour un sommet à Bruxelles où ils vont discuter du processus de paix israélo-palestinien au point mort et du conflit en cours.

Le quotidien Haaretz a évoqué ces sanctions, en citant « les diplomates européens et deux responsables israéliens » qui ont vu un document confidentiel qui contient une ébauche de proposition de politiques de sanctions.

Le rapport donne des précisions sur un éventuel changement de politique de l’UE qui a émergé pour la première fois en octobre.

Certaines des sanctions possibles mentionnées dans le document seraient l’étiquetage des produits provenant des implantations vendus en Europe ainsi que des restrictions sur l’accord de libre-échange entre Israël et l’UE.

Il propose également de rappeler les ambassadeurs siégeant à Tel Aviv et d’interdire les rencontres avec des résidents des implantations.

Des sources diplomatiques ont confirmé en grande partie le rapport au Times of Israel, mais ils soutiennent que cela en est encore au stade très préliminaire et qu’il s’agit d’une base pour les discussions.

Les responsables israéliens ont rejeté l’idée de l’UE de faire dépendre ses liens avec Israël du processus de paix, qualifiant ces décisions d’inutiles.