L’un des deux attaquants qui a ouvert le feu dimanche soir sur du personnel de sécurité à Jérusalem, et a ensuite été tué dans l’échange de coups de feu qui a suivi, était un policier palestinien, ont annoncé des rapports lundi matin.

Le policier et son compagnon, qui portaient des armes automatiques, ont tiré sur un groupe de garde-frontières qui recevaient leurs instructions nocturnes avant de commencer à patrouiller dans la zone de la porte de Damas de la Vieille Ville. Les policiers israéliens ont répliqué, touchant immédiatement l’un des assaillants et lançant une poursuite contre le second, qui tirait toujours sur les policiers, a déclaré la police.

Le second attaquant a vite été touché et également tué par la police. Il n’y a pas eu de blessé parmi les policiers israéliens ou les passants.

Les deux terroristes habitaient en Cisjordanie, a déclaré la police. Le policier palestinien était Omar Ahmed Amru, et son complice Mansur Yasser Shawamra.

Omar Ahmed Amru, membre des forces de sécurité palestinienne, est mort en attaquant des garde-frontières israéliens le dimanche 14 février 2016. (Crédit : Twitter)

Omar Ahmed Amru, membre des forces de sécurité palestinienne, est mort en attaquant des garde-frontières israéliens le dimanche 14 février 2016. (Crédit : Twitter)

Aucun explosif n’a été trouvé sur les corps des hommes ou dans la zone, a déclaré la police, après avoir fermé la zone par peur qu’ils aient pu porter des bombes. Les médias palestiniens ont rapporté qu’un Palestinien a été arrêté dans la zone peu après l’incident.

Le site de l’incident de dimanche soir a été la scène d’une attaque fatale le 3 février, dans laquelle Hadar Cohen, de la police des frontières, 19 ans, a été tué par une attaque palestinienne au couteau et à main armée. Les attaquants de cet incident avaient emporté des bombes artisanales sur les lieux de l’attaque.

La fusillade de dimanche est intervenue à la fin d’une journée particulièrement sanglante qui a vu une hausse importante des attaques palestiniennes, presque cinq mois après le début d’une vague de violence qui semblait revenir à sa pleine vigueur, cinq Palestiniens ayant été tués alors qu’ils perpétraient des attaques contre des cibles israéliennes.

Plus tôt dimanche soir, des coups de feu ont été entendus dans l’implantation de Beit El, en Cisjordanie, entraînant des dommages mais sans faire de blessés. Les forces de sécurité enquêtaient sur l’incident et fouillaient la zone. Une balle a pénétré dans la fenêtre d’une maison résidentielle, selon des informations préliminaires. Aucun blessé n’a été rapporté.

Le coup de feu pourrait provenir du village palestinien voisin de Jalazoun, selon les autorités.

Le coup de feu a suivi trois tentatives séparées d’attaques au couteau dans la journée de dimanche.

Un volontaire de  Zaka et des membres des forces de sécurité israéliennes près du corps d'un attaquant palestinien abattu à la suite d'une tentative d'attaque au couteau au checkpoint de Har Homa, en Cisjordanie, le 14 février 2016. (Crédit : AFP/AHMAD GHARABLI)

Un volontaire de Zaka et des membres des forces de sécurité israéliennes près du corps d’un attaquant palestinien abattu à la suite d’une tentative d’attaque au couteau au checkpoint de Har Homa, en Cisjordanie, le 14 février 2016. (Crédit : AFP/AHMAD GHARABLI)

Plus tôt dans la soirée, la police des frontières a empêché une tentative d’attaque au couteau près du lieu saint du Tombeau des Patriarches, à Hébron, en Cisjordanie, a déclaré la police. L’assaillante présumée, une jeune fille palestinienne qui aurait 14 ans, a été touchée par un tir et présentait des blessures critiques.

Dans l’après-midi, un homme palestinien a été abattu après avoir essayé de poignardé des officiers à un checkpoint au sud de Jérusalem.

Dimanche matin, deux adolescents palestiniens ont été abattus près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, après avoir ouvert le feu sur les forces de sécurité qui répondaient à des rapports de jets de pierres dans la zone.