L’UNESCO est « le Titanic des organisations internationales », a déclaré l’envoyé israélien à l’Agence des Nations unies pour l’Education, la science et la culture, accusant cette dernière de falsifier délibérément l’histoire pour persécuter le peuple juif.

Dans un discours acerbe prononcé vendredi lors de la 39ème conférence générale de l’UNESCO à Paris, Carmel Shama-Hacohen a également critiqué les Emirats arabes unis qui ont remis un cadeau à tous les pays à l’exception d’Israël, recommandant vivement aux différents délégués de le rendre en signe de protestation.

« L’UNESCO est le Titanic des organisations internationales, qui a été détourné et dont le contrôle a été pris par le groupe arabe qui l’envoie s’écraser contre l’iceberg de la politisation et qui, depuis, ne cesse de couler », a expliqué Shama-Hacohen.

Citant la partialité anti-israélienne à l’UNESCO, l’administration américaine a annoncé son retrait, le mois dernier, de l’agence. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné pour instruction au ministère des Affaires étrangères de suivre le même mouvement, même si l’état Juif n’a pas encore officiellement fait part de son intention de partir.

La Dixième chaîne israélienne a annoncé, la semaine dernière, que des diplomates israéliens avaient recommandé à Israël de se maintenir au sein de l’UNESCO. Le ministère des Affaires étrangères a pour sa part démenti cette information, disant qu’il mènera à bien les instructions données par le Premier ministre.

Vendredi après-midi, Shama-Hacohen, au cours d’une longue allocution qui a été boycottée par les diplomates arabes, a averti les délégués que les Etats-Unis « ne seront aucunement le seul pays » à prévoir de quitter l’UNESCO, même s’il n’a pas annoncé le départ d’Israël de manière officielle. Après avoir cité les griefs nourris par Jérusalem contre l’agence, il a ajouté qu’il espère être « le dernier ambassadeur israélien à l’UNESCO contraint d’affronter et de combattre cette obsession politique contre son peuple ».

Il a poursuivi en disant que « malheureusement, l’UNESCO a été détournée et abusée, devenant un outil de persécution d’Israël et du peuple juif en concoctant des faits mensongers, une histoire mensongère, dont l’objectif est d’effacer notre histoire à Jérusalem et de réécrire l’histoire du monde ».

Shama-Hacohen a consacré une partie significative de son discours à la rebuffade subie par Israël de la part des Emirats arabes unis, le 30 octobre, même s’il n’a pas mentionné clairement le nom de l’état du Golfe.

A l’ouverture de la conférence générale de Paris, la délégation emiratie avait posé une boîte contenant une médaille en argent sur chacun des bureaux des envoyés étrangers, en l’honneur du parrainage par les EAU de la rénovation de la salle de conférence. Aucune boîte n’avait toutefois été placée sur le bureau de Shama-Hacohen.

Le bureau de Carmel Shama-Hacohen, ambassadeur d’Israël auprès de l’UNESCO, sans la médaille distribuée par les Emirats arabes unis à tous les membres de l’UNESCO en l’honneur des rénovations financées par le pays au siège de l’agence, sauf à Israël, le 30 octobre 2017. (Crédit : autorisation)

« Même l’inauguration de cette salle dans laquelle nous nous trouvons a été contaminée par le poison de la politisation, l’état donneur ayant offert à toutes les missions membres une lettre de salutation et une médaille : Tous les états-membres à l’exception d’un seul – Israël », a noté l’envoyé de l’Etat juif vendredi. « A quel point est-ce mesquin, primitif, pathétique ».

Cet incident a clairement établi une fois encore que « les pétro-dollars peuvent acheter beaucoup mais il n’y a pas de prix à payer pour la sagesse, les bonnes manières et l’étiquette. Si votre richesse peut résider dans votre argent, en termes de dignité, vous êtes plus miséreux que pauvre », a-t-il expliqué.

L’incident de la semaine dernière est survenu après le boycott des Emirats arabes unis du drapeau israélien et de l’hymne national à l’occasion d’un tournoi de judo organisé à Abu Dhabi. Un judoka émirati avait également refusé de serrer la main à son adversaire après avoir été vaincu par un athlète israélien, même si le plus haut responsable du judo, dans le pays, a plus tard présenté ses excuses à son homologue israélien pour cet outrage.

« Ces injustices sont commises en plein jour et tout reste calme : Les complices sont silencieux face à la discrimination dans les sports, qui sont l’une des fondations de l’éducation et de la culture, et les complices sont silencieux face aux tentatives d’isoler et d’ostraciser Israël lors de l’inauguration de cette salle », a encore dit Shama-Hacohen.

« Concernant cette médaille en argent qui vous a été offerte en cadeau, je la rendrais si j’étais vous afin de ne pas prendre part à un acte méprisable qui n’a pas sa place dans un monde libre et éclairé ».

La médaille distribuée par les Emirats arabes unis à tous les membres de l’UNESCO en l’honneur des rénovations financées par le pays au siège de l’agence, sauf à Israël, le 30 octobre 2017. (Crédit : autorisation)

Un grand nombre de diplomates étrangers stationnés à l’UNESCO lui ont donné leur médaille – laquelle comporte un portrait de Hamdan bin Rashid Al Maktoum, prince héritier de Dubaï et ministre des Finances des EAU – en signe de protestation contre l’initiative des EAU, selon l’ambassadeur israélien.

« Mon instinct initial a été de les utiliser comme butoirs de porte », a-t-il dit.

« Néanmoins, après y avoir réfléchi, j’ai décidé de les donner aux réfugiés syriens qui errent dans les rues froides de Paris. Il y a des enfants et des nouveaux-nés parmi eux, qui ont fui les atrocités du régime syrien et les attaques chimiques de ce membre du groupe arabe perpétrées contre les femmes, les enfants et les civils innocents ».

Il a ajouté que « si seulement vous aviez investi pour eux 1 % des efforts que vous faites ici contre Israël, leurs vies auraient été meilleures ».